Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/12/2009

OLIVIER MAROY NE RESTERA PAS UN POOR LONESOME PRESENTATEUR (Que du bonheur, DH 20-12-09)

maroy.jpgConfirmées par un communiqué du Standard, nos informations sur l'éventuel départ de Sacha Daout vers les cieux rouches ont fait grincer quelques dents, boulevard Reyers. Et tout particulièrement celles de son désormais ex-collègue de Mise au point, Olivier Maroy. Celui-ci craignait que les les problèmes budgétaires de la RTBF le contraignent à présenter seul le débat dominical. C'eut été d'autant plus normal que, dans la boutique d'en face, Pascal "Vrébausse" est seul aux manettes, et avec succès, depuis des lustres. Jackpot pour Maroy! Les communiqués, publiés à l'aube du week-end, qui annonçaient la liste des invités pour les débats de ce dimanche indiquaient qu'Alain Dremière, journaliste au JT, officierait comme second interviewer. Rien ne dit que ce choix est définitif: d'autres pourraient épauler Maroy pour ce qui semble une tâche surhumaine…

15/12/2009

(SACHA) DAOUT INTERIM (Que du bonheur, DH du 13-12-09)

daout.jpgOn le sait, boulevard Reyers, chacun retient son souffle : c’est dans les prochains jours que le Standard de Liège devrait annoncer l’arrivée d’un nouveau porte-parole. La nouvelle a déjà filtré çà et là : le grand communicateur des « Rouches » devrait être Sacha Daout, co-présentateur avec Olivier Maroy, de « Mise au point ». Si, à la direction de l’info, on n’apprécie guère que Daout mette en avant des problèmes financiers pour expliquer son départ, au service des sports on reconnaît que Daout s’est bien vu, un moment, présenter des émissions sportives. Alors que ses connaissances en la matière s’arrêtent à Sclessin et au Jet privé de Luciano D’Onofrio, patron du Standard, que Daout a parfois accompagné lors de matches away. Qui doit bien rire de tous ces remous, c’est Pascal Vrebos qui présente, seul et avec succès, « Controverse », depuis des lustres…

 

02/09/2009

QUE DU BONHEUR (DH 30-08-09)


stefaan-de-clerck.jpg

De Clerck a joué sur du velours

A en croire un éminent membre de la commission Justice qui s'est tenue vendredi, celle-ci aurait du avoir lieu au moins 10 jours plus tôt. "C'était un peu comme des figues après Pâques", ramassait le commissaire. Et de s'étonner que, malgré les "parlottes" – 4 heures sur les évasions et 3 heures sur la juge De Tandt -, on n'avait même pas trouvé le temps d'évoquer l'enquête demandée au Comité "P". Ce dernier investigue effectivement sur Glenn Audenaert et les présumés liens que le directeur judiciaire de la police judiciaire fédérale de Bruxelles aurait eu avec la société Ijsboerke. C'est du moins ce que prétend l'avocat Peeters, au centre de la tourmente. Enfin, dernier commentaire de notre confident: "Vendredi, Stefaan De Clerck, ministre de la Justice, a joué sur du velours." Même l'opposition, comme on le sait, n'a pas exigé sa démission. C'est tout dire…

Verhofstadt n'est pas Van Rompuy

La semaine dernière, nous reprenions les propos d'André Flahaut s'élevant contre les flamandisation des relations internationales. Nous mettions cette phrase dans la bouche du bouillant socialiste: "Charles Michel n'est-il pas cornaqué par l'ancien conseiller diplomatique d'Herman Van Rompuy?" En lisant cela, le ministre MR a failli s'étrangler de rage. Rectifions donc: Flahaut avait cité le directeur général de la Coopération au Développement, Peter Moors, qui fut conseiller diplomatique de Guy Verhofstadt, et non de Van Rompuy. Honte à nous!

Affaire "Scieur": tout n'est pas dit…

Nous revenions récemment, sur l'arrêt dit "Scieur", du nom du président du tribunal de Première instance de Marche-en-Famenne qui avait rédigé un document intitulé "rôle de vacances", en l'antidatant et en y ajoutant une mention ne figurant pas sur le document initial. Le magistrat avait été jusqu'à utiliser la pièce, sachant qu'elle était fausse. On le sait, ces faits lui avaient valu d'être radié à vie et d'être condamné à six mois d'emprisonnement. Le jugement établissait en outre que le juge d'instruction Luc Riguelle avait participé à l'élaboration du faux. Or celui-ci n'avait jamais été poursuivi. Plus étrange, la magistrate qui avait dénoncé les faits – la juge Marie-Pierre Drisket – et la partie victime du faux – Jean-François et Jean-Pierre Sterpin – s'étaient vu refuser de disposer d'une copie de leur audition et du dossier répressif. Ce n'est pas tout, le juge Riguelle continue à siéger, comme si de rien n'était. De même, des membres du greffe, eux aussi impliqués dans le faux, continuent à travailler. Il n'en est pas de même pour la juge ayant dénoncé les faits: elle a été "expatriée" à Liège où elle se plaint de brimades, de la part de sa hiérarchie et de membres du personnel. Elle jure, mais un peu tard, qu'on ne la prendra plus à dénoncer des faits délictueux…

vrebos.jpgLa brique de Vrebos

Jeudi, une brique va atterrir dans les bacs des libraires: un ouvrage de près de 1.000 pages reprenant l'ensemble de l'œuvre théâtrale de pascal Vrebos. Le livre, édité par Le Cri, est préfacé par Jacques De Decker. Le Secrétaire perpétuel de l'Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique rappelle que c'est à Patmos, île de la Mer Egée, que Vrebos a rédigé la plupart de ses écrits: là où Saint Jean conçut l'Apocalypse. De Decker rappelle aussi qu'il assista à la création d'Un Agenda orange, première œuvre du prolifique auteur: c'était en 1970, à la Chapelle de Boendael. Après avoir lu les 23 pièces de l'auteur, le Secrétaire perpétuel tire cette conclusion: "L'époque s'est mise à ressembler à du Vrebos." Difficile de faire plus beau compliment…

La bévue de la semaine

Le site du très sérieux Monde annonçait récemment le décès de l'ancien maire de Lyon, Francisque Collomb, battu aux élections municipales de 1989 par Michel Noir, et décédé le 24 juillet dernier à l'âge respectable de 98 ans. Cette nécrologie, parue dans la rubrique Carnet, était agrémentée d'une photo de M. Collomb… Gérard, maire actuel et sans lien de parenté avec son prédécesseur. Cette bévue rappelle celle d'un quotidien belge illustrant le décès d'Audrey Hepburn en 1994, par une photo de Katharine Hepburn, toujours vaillante à l'époque.