Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/01/2009

DE CLERCK: "Tout le CD&V est derrière Van Rompuy!"

 

de clerck - DH 04-01-09.jpg

À propos du ministre de la Justice, le terme de "nouveau" ne s'applique pas à Stefaan De Clerck. On le sait, il occupa le poste de 1995 à 1998. Cette fois, il revient pour remplacer un de ses amis, Jo Vandeurzen, parti dans des conditions troublantes que De Clerck analyse.

 

La Dernière Heure: En laissant croire que vous partiriez pour Jo Vandeurzen, le moment venu, vous avez semblé ne pas vouloir rester jusqu'en 2011…

Stefaan De Clerck: Au contraire, je suis favorable à ce que le gouvernement aille jusqu'à son terme! Si l'on votait pour le fédéral en juin prochain, cela nuirait au débat communautaire. 

DH: C'est-à-dire?

SDC: Le communautaire est lié aux régionales, alors que le socio-économique concerne le fédéral.

DH: Et pour en revenir à Vandeurzen…

SDC: Il s'agit d'un ami, au même titre qu'Yves Leterme et Inge Vervotte que j'ai personnellement préparée pour la grande politique. Leur honneur m'est très cher et je vais les aider pour qu'ils le retrouvent, après le carton rouge de la Cour de Cassation. Cela ne veut pas dire que je songe pour eux, à un poste précis ou à un moment particulier.

DH: Qu'espérez-vous pour eux?

SDC: Il faut qu'ils remontent sur le terrain! Je dis cela, d'une manière générale.

DH: Actuellement, ce n'est pas l'amour fou, au CD&V…

SDC: Nos formons un grand parti, avec des gens de qualité et une jeune génération qui monte. Il est cependant vrai que la génération intermédiaire a fait des choses qui laissent des traces. Mais il ne s'agit pas d'un clivage, au sens négatif du terme. 

DH: Le CD&V est donc uni, derrière Herman Van Rompuy?

SDC: Au sein du parti, tout le monde est d'accord de continuer à 200%! Il va falloir travailler sur le long terme. Et je sais qu'on pourra compter sur ceux que nous avons cités…

DH: Avez-vous senti que le Premier ministre bénéficiait de la confiance du gouvernement?

SDC: Nous avons eu un seul conseil des ministres et il est trop tôt pour juger. Mais il est vrai que la confiance sera le mot-clé de cette équipe.

DH: Que visez-vous, au sein de votre département?

SDC: Mon prédécesseur, Jo Vandeurzen, a été un grand ministre de la Justice, même s'il n'est pas resté longtemps. Je vais continuer sur les bases qu'il a tracées. 

DH: Quels seront vos dossiers prioritaires?

SDC: L'organisation des cours et tribunaux, et le management de la Justice. Plus, une liste d'éléments qui concernent le droit matériel. Je reviens à un poste où j'ai déjà été, il y a 10 ans: avec mon successeur direct, Tony Van Parijs, nous avions lancé 160 projets de loi. Je vais analyser où ils en sont…

DH: Votre avis sur les rapports entre le politique et la Justice?

SDC: Il s'agira de mon premier grand dossier. Comme ministre de la Justice, j'ai connu le même choc entre ces deux institutions, à l'époque de l'affaire Dutroux. Il est vrai que c'était à un autre niveau: je parle de la récente démarche exceptionnelle du Premier président de la Cour de Cassation…

DH: Vous vous attendiez à ce qui s'est passé?

SDC: Non, pas du tout! Mais je suis persuadé qu'Yves (Leterme) et Jo (Vandeurzen) ont été de bonne foi. Je vais étudier comment préparer la commission parlementaire, même si cette tâche revient au pouvoir législatif...

29/12/2008

Justice: les convoyeurs De Clerck et Van Parijs attendent

 

declerck - DH 28-12-08.jpg

Hier samedi, les observateurs scrutaient les moindres faits et gestes de Wilfried Martens, l'explorateur désigné lundi par le Roi. C'est de son chapeau de magicien que devrait sortir le nom du futur Premier ministre, vraisemblablement un CD&V. Un autre membre du même parti pourrait, lui aussi, passer un agréable réveillon de Nouvel An: le remplaçant de Jo Vandeurzen à la Justice. Dans les allées du pouvoir, deux noms étaient cités: ceux de Stefaan Ce Clerck et Tony Van Parijs qui occupèrent tous deux le poste (95-98, pour le premier et 98-99, pour le second). Nous les avons contactés.

 

Après nous avoir exhortés à "ne pas trop croire ce qui se raconte", De Clerck nous assuré que son éventuelle montée au gouvernement "n'était pas à l'ordre du jour". Plus généralement, le bourgmestre de Courtrai prévoyait: "Il n'y aura rien avant la fin du week-end." Les réponses de Van Parijs étaient tout aussi évasives: "La seule question qui se pose est de savoir qui sera Premier ministre. Pour le reste, je n'ai aucune information!" On n'est guère avancés.