Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/01/2010

FOURNAUX: "PAS QUESTION D'UN PAS DE COTE!" (DH du 11-01-10)


fournaux 2.jpg

Hier dimanche dans La Dernière Heure, Gérard Deprez, s'est exprimé sur l'affaire Fournaux. Le président du MCC auquel appartient aussi le bourgmestre de Dinant, demandait à son tour à son coreligionnaire de "faire un pas de côté", après son renvoi en correctionnelle, dans le cadre du dossier du casino de Dinant. Tout en disant cela, Deprez insistait sur la présomption d'innocence dont devait bénéficier Fournaux, ajoutant même: "J'ai la conviction absolue que Richard est innocent. Ce n'est pas un homme vénal!"

Invité à Mise au point (RTBF), ce même dimanche, Fournaux apportait d'abord comme précision qu'il n'était nullement renvoyé en correctionnelle, le recours qu'il avait introduit auprès de la Cour de cassation suspendant cette décision. Et d'ajouter: "On sait depuis quelques heures, que l'autre partie ne va pas en Cassation." Elle est donc bel et bien renvoyée en correctionnelle, elle. Revenant à son cas personnel, Fournaux précisait que, dans le futur, même si la décision de la Cour de cassation lui était défavorable, il continuerait à se battre jusqu'à épuisement total de la procédure judiciaire. "La manière dont nous avons travaillé était éthique", souligna-t-il. Aux journalistes qui réitéraient leur question, concernant l'éventuel "pas de côté" auquel l'invitaient tant le président du MR, Didier Reynders, que celui du MCC, Fournaux rétorquait qu'il attendait la réunion du Conseil de conciliation et d'arbitrage que son parti tiendra, le 18 janvier prochain. "Nous aurons l'occasion d'y débattre à l'aise du dossier", affirmait-il. Plus loin dans le débat, lorsque ses interviewers firent allusion aux affaires de Charleroi, pour lesquelles le MR s'était montré intraitable, exigeant des sanctions, voire même des démissions, le sénateur-bourgmestre dinantais répliqua qu'une affaire n'était pas l'autre: "A Charleroi, on a découvert un véritable système et les gens (mis en cause) étaient en aveu. Je suis persuadé au plus profond de moi-même d'avoir agi dans la légalité." En fin d'émission, il asséna: "On peut considérer que j'aurais pu faire un pas de côté, il y a dix ans. Mais je ne vois pas pourquoi, à partir du moment où l'histoire, y compris judiciaire, commence à me donner raison, je devrais faire ce pas de côté!"

21/12/2009

OLIVIER MAROY NE RESTERA PAS UN POOR LONESOME PRESENTATEUR (Que du bonheur, DH 20-12-09)

maroy.jpgConfirmées par un communiqué du Standard, nos informations sur l'éventuel départ de Sacha Daout vers les cieux rouches ont fait grincer quelques dents, boulevard Reyers. Et tout particulièrement celles de son désormais ex-collègue de Mise au point, Olivier Maroy. Celui-ci craignait que les les problèmes budgétaires de la RTBF le contraignent à présenter seul le débat dominical. C'eut été d'autant plus normal que, dans la boutique d'en face, Pascal "Vrébausse" est seul aux manettes, et avec succès, depuis des lustres. Jackpot pour Maroy! Les communiqués, publiés à l'aube du week-end, qui annonçaient la liste des invités pour les débats de ce dimanche indiquaient qu'Alain Dremière, journaliste au JT, officierait comme second interviewer. Rien ne dit que ce choix est définitif: d'autres pourraient épauler Maroy pour ce qui semble une tâche surhumaine…

15/12/2009

(SACHA) DAOUT INTERIM (Que du bonheur, DH du 13-12-09)

daout.jpgOn le sait, boulevard Reyers, chacun retient son souffle : c’est dans les prochains jours que le Standard de Liège devrait annoncer l’arrivée d’un nouveau porte-parole. La nouvelle a déjà filtré çà et là : le grand communicateur des « Rouches » devrait être Sacha Daout, co-présentateur avec Olivier Maroy, de « Mise au point ». Si, à la direction de l’info, on n’apprécie guère que Daout mette en avant des problèmes financiers pour expliquer son départ, au service des sports on reconnaît que Daout s’est bien vu, un moment, présenter des émissions sportives. Alors que ses connaissances en la matière s’arrêtent à Sclessin et au Jet privé de Luciano D’Onofrio, patron du Standard, que Daout a parfois accompagné lors de matches away. Qui doit bien rire de tous ces remous, c’est Pascal Vrebos qui présente, seul et avec succès, « Controverse », depuis des lustres…