Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/01/2010

OLIVIER MAINGAIN: "POURQUOI REFUSER AU FDF CE QU'ON PERMET AU MCC?" (DH 31-01-10)


oliviermaingain.jpg

La Dernière Heure : Ce samedi, dans La Libre, Louis Michel s’interroge une nouvelle fois sur la volonté du FDF de créer des sections locales en Wallonie…

Olivier Maingain : Les statuts du MR permettent à chaque composante du Mouvement d’installer des sections locales où elle le souhaite. Le FDF est certes modeste, mais il n’y a pas de raison que nous n’apportions pas ce qui fait notre spécificité.

DH : Ces propos de Louis Michel vous étonnent-ils ?

OM : Il cohabite bien avec le MCC, pourquoi ne le ferait-il pas avec le FDF ?!

DH : Ses propos ne sonnent-ils pas bizarrement à un moment où le MR semble se regrouper ?

OM : Vous avez raison : pour l’instant, l’important est de se rassembler autour du Manifeste lancé par Didier Reynders !

DH : Sentez-vous que Louis Michel est soutenu, dans ce qu’il dit ?

OM : Aujourd’hui à Namur, j’ai présenté mes vœux aux membres wallons. Il y avait aussi des libéraux : j’ai perçu beaucoup de sympathie de part et d’autre

DH : En revenant, à ce moment précis, sur la création de sections locales wallonnes, Louis Michel a-t-il une idée derrière la tête ?

OM : Je trouve d’abord que revenir sur ce sujet est faire beaucoup d’honneur au FDF.

DH : Cernez-vous la stratégie de Louis Michel ?

OM : Je ne sais s’il s’agit de sa part d’un combat d’arrière-garde ou d’une réflexion passagère. Il devrait cependant comprendre que le développement du FDF peut participer à la réussite du MR. Ce dernier peut mieux faire que ressasser des analyses morbides. N’oublions pas qu’aux dernières élections, le PS a perdu 10 sièges, même si le MR n’a pas répondu à l’attente.

DH : Louis Michel semble surtout gêné par les propos dans lesquels vous annonciez que le FDF allait apporter une dose de « social »…

OM : Christine Defraigne – membre du groupe « Renaissance », comme Louis Michel – a tenu un discours qui colle à celui du FDF. Pourquoi ne le lui reproche-t-il pas ? On dirait que ce groupe a du mal à trouver sa spécificité…

DH : Comment est l’ambiance, au sein du MR ?

OM : Excellente ! Même si on n’entend pas toujours à l’extérieur du parti ce qu’on entend à l’intérieur

DH : Que voulez-vous dire ?

OM : Le FDF demande uniquement qu’on lui donne ce qu’on a donné au MCC. Ni plus, ni moins !

15/01/2010

FOURNAUX: "PAS QUESTION D'UN PAS DE COTE!" (DH du 11-01-10)


fournaux 2.jpg

Hier dimanche dans La Dernière Heure, Gérard Deprez, s'est exprimé sur l'affaire Fournaux. Le président du MCC auquel appartient aussi le bourgmestre de Dinant, demandait à son tour à son coreligionnaire de "faire un pas de côté", après son renvoi en correctionnelle, dans le cadre du dossier du casino de Dinant. Tout en disant cela, Deprez insistait sur la présomption d'innocence dont devait bénéficier Fournaux, ajoutant même: "J'ai la conviction absolue que Richard est innocent. Ce n'est pas un homme vénal!"

Invité à Mise au point (RTBF), ce même dimanche, Fournaux apportait d'abord comme précision qu'il n'était nullement renvoyé en correctionnelle, le recours qu'il avait introduit auprès de la Cour de cassation suspendant cette décision. Et d'ajouter: "On sait depuis quelques heures, que l'autre partie ne va pas en Cassation." Elle est donc bel et bien renvoyée en correctionnelle, elle. Revenant à son cas personnel, Fournaux précisait que, dans le futur, même si la décision de la Cour de cassation lui était défavorable, il continuerait à se battre jusqu'à épuisement total de la procédure judiciaire. "La manière dont nous avons travaillé était éthique", souligna-t-il. Aux journalistes qui réitéraient leur question, concernant l'éventuel "pas de côté" auquel l'invitaient tant le président du MR, Didier Reynders, que celui du MCC, Fournaux rétorquait qu'il attendait la réunion du Conseil de conciliation et d'arbitrage que son parti tiendra, le 18 janvier prochain. "Nous aurons l'occasion d'y débattre à l'aise du dossier", affirmait-il. Plus loin dans le débat, lorsque ses interviewers firent allusion aux affaires de Charleroi, pour lesquelles le MR s'était montré intraitable, exigeant des sanctions, voire même des démissions, le sénateur-bourgmestre dinantais répliqua qu'une affaire n'était pas l'autre: "A Charleroi, on a découvert un véritable système et les gens (mis en cause) étaient en aveu. Je suis persuadé au plus profond de moi-même d'avoir agi dans la légalité." En fin d'émission, il asséna: "On peut considérer que j'aurais pu faire un pas de côté, il y a dix ans. Mais je ne vois pas pourquoi, à partir du moment où l'histoire, y compris judiciaire, commence à me donner raison, je devrais faire ce pas de côté!"

GERARD DEPREZ: "RICHARD FOURNAUX DOIT FAIRE UN PAS DE COTE" (DH 10-01-10)


gerarddeprez.jpg

Outre qu'il est membre du MR, Richard Fournaux est aussi membre, et même vice-président, du MCC. Nous avons demandé au président de cette chapelle du MR, Gérard Deprez, ce qu'il pensait du renvoi en correctionnelle du bourgmestre de Dinant.

La Dernière heure: En tant que président du MCC, quelle est votre position dans l'affaire Fournaux?

Gérard Deprez: Après en avoir discuté avec Didier Reynders, nous avions arrêté une position commune: à savoir que Richard Fournaux devait faire un pas de côté. Richard nous a écoutés puisqu'il a annoncé, dans un premier temps, qu'il se mettait en congé du conseil de police, puis il est revenu sur sa décision et a fait des déclarations que je juge inopportunes.

DH: Allez-vous lui redemander de faire un pas de côté?

GD: Je compte l'avoir au téléphone durant ce week-end et lui rappellerai qu'il doit faire un geste. J'insiste cependant sur le fait qu'il est présumé innocent. J'irai même plus loin: j'ai la conviction absolue que Richard est innocent. Ce n'est pas un homme vénal. Mais il doit faire un pas de côté.

DH: S'il ne le fait pas, même après une décision en ce sens du Conseil de conciliation et d'arbitrage du MR qui se réunit dans 10 jours?

GD: Dans ce cas, il se mettrait dans une solution inextricable. Mais je vais m'atteler à ce qu'il fasse un pas de côté, avant le 18 janvier.

DH: N'est-il pas bizarre de ne se mettre en congé que d'une partie de ses compétences de bourgmestre?

GD: Didier Reynders et moi n'avons jamais affirmé que nous allions nous limiter à une mise en congé du conseil de police. Richard Fournaux est vice-président du MCC: il pourrait aussi s'en mettre en congé.

DH: Pourquoi ne se mettrait-il pas en congé total de son poste de bourgmestre?

GD: N'oublions pas qu'il existe des cas tragiques. C'est pour cela que nous n'exigeons pas qu'il se mette en congé comme sénateur ou comme bourgmestre. Il pourrait se mettre en congé d'autres attributions de sa fonction de bourgmestre et les déléguer à un échevin par exemple.

DH: Croyez-vous vraiment que cela passerait, dans la population?

GD: Il y a certaines attributions de bourgmestre dont il ne peut se départir sans rentrer dans l'illégalité. Cela, il faut l'éviter.

DH: Vous dites que vous croyez en son innocence. Qu'a-t-il fait de répréhensible qui lui vaille les foudres de la justice?

GD: Richard est parfois tellement préoccupé par le bien de sa ville qu'il veut y arriver à tout prix. Et, manifestement, il n'est pas un expert en droit administratif.