Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/09/2009

7 MINISTRES FEDERAUX A ROME POUR LA CANONISATION DU PERE DAMIEN (DH 17-09-09)

damien.jpg

BRUXELLES Le point 5 de l'ordre du jour du dernier Conseil des ministres avait pour objet la canonisation du père Damien à Rome, le dimanche 11 octobre 2009, en présence de la famille royale. Pas moins de sept ministres devraient assister à l'événement : le Premier, Herman Van Rompuy (CD&V); deux vice-Premiers, Steven Vanackere (CD&V) et Joëlle Milquet (CDH); ainsi qu'Yves Leterme (CD&V), Stefaan De Clercq (CD&V), Pieter De Crem (CD&V) et Melchior Wathelet (CDH).

 

Un peu beaucoup par les temps qui courent et à deux jours de la rentrée parlementaire. Surtout que cette petite balade entre amis va nécessiter la mobilisation de nombre de seconds couteaux : cabinettards, personnel d'ambassade,...

Du temps des gouvernements Verhofstadt, on n'avait jamais connu un tel engouement pour un événement religieux. Lors du premier Te Deum auquel il assista comme Premier ministre, le Gantois, en bon laïc, ne s'étonna-t-il pas du nombre de fois où il avait dû se lever, puis s'asseoir au cours de l'office ?

Nous avons, bien entendu, tenté de savoir si une levée de troupes semblable à celle décidée vendredi au gouvernement fédéral était prévue aux niveaux régionaux et communautaires. Aux ministres-présidences wallonnes et communautaires, on nous a fait savoir qu'aucune décision officielle n'avait été prise.

Pas question toutefois de voir la moindre Excellence socialiste à Rome, le 11 octobre : le même jour, se tient le congrès de rentrée du PS. Même remarque, semble-t-il, pour les écolos.

Quant au CDH, à première vue, les ministres Antoine, Lutgen et Simonet ne devraient pas non plus assister à la cérémonie. Pas plus, pour l'instant du moins, que leur collègue CDH bruxellois, Benoît Cerexhe. Enfin, le déplacement dans la ville sainte n'a pas encore été évoqué en réunion du gouvernement flamand. D'autant que Kris Peeters avait, ces jours-ci, d'autres chats à fouetter, comme le sort d'Opel.

Au total donc, l'absence probable de ministres des entités fédérées à Rome ne devrait rendre que plus éclatante - choquante, diront certains - la présence massive des sept ministres fédéraux...

 

13/09/2009

QUE DU BONHEUR 13-09-09 (DH)


milquet et lutgen.jpg

Joëlle va VRAIMENT s'en aller

En début de semaine, des rumeurs en sens divers percolaient, qui avaient trait à la présidence du CDH: pour certains, Joëlle Milquet se présenterait en tandem avec Benoît Lutgen, pour d'autres ce dernier traînerait les pieds pour devenir président… Melchior Wathelet corrige: "Joëlle a indiqué un calendrier très, très clair et l'a rappelé à Chevetogne. Elle va mettre fin à sa présidence qui fut longue, remarquée et remarquable!" Lassé par ces bruits, le secrétaire d'Etat au Budget indique au passage qu'il n'a jamais connu que Milquet comme présidente, soupirant: "Je ne sais pas ce qu'elle doit dire pour faire cesser les racontars." Il ramasse: "Le dépôt des candidatures est prévu pour le 14 octobre et les élections se dérouleront en novembre." Wathelet redit enfin, pour la énième fois: "Je ne suis pas candidat!" Compris, tout le monde?!

reynders_didier.jpgReynders va s'intéresser à l'Etat

Didier Reynders à qui rien n'échappe, a repéré que certains médias avaient noté, dans leurs observations sur le congrès du MR: "Le président a été fort applaudi, dit-on!" Et de se lâcher: "C'est un peu comme si les mêmes écrivaient que Kim Clijsters et Yanina Wickmayer sont en demi-finales de l'US Open, dit-on!" Pourtant, les quelques commentaires collatéraux découverts çà et là n'empêchaient pas le président de savourer le succès de la réunion de son parti à l'Euro Space Center: "Avec un souffle (de sympathie) qui s'est tout de suite dégagé de la salle." Il n'empêche, comme l'ont noté de distingués politologues, Reynders n'avait truffé son discours d'aucune vacherie. "Désormais, je vais m'intéresser à l'Etat", a-t-il fait savoir à sa garde rapprochée. Pas étonnant dès lors que, cette semaine, ce soit Willy Borsus, chef de groupe au Parlement wallon, qui se soit exprimé sur la grève des TEC, tandis que son alter ego à la Communauté française, Françoise Bertieaux, communiquait sur les débrayages annoncés dans l'Enseignement, et que Pierre-Yves Jeholet, porte-parole du parti, annonçait une interpellation sur la gouvernance à l'aéroport de Liège. Du jamais vu, ou presque…

deprez.jpgGalant et la nouvelle politique

Gérard Deprez, présent à Redu, a donc apprécié les propos de Reynders: "Didier a tenu un bon discours", précisa-t-il. Le président du MR n'a guère eu le temps d'ouvrir le champagne pour célébrer l'événement que le même Deprez y allait de nouveaux conseils à son ami, hier samedi dans la presse. On le sait, deux autres éminences du MR allument régulièrement leur président chéri: Jean-Paul Wahl et Jacqueline Galant. Le plus cocasse? Malgré ses objections concernant l'organisation du parti, la seconde ne cesse de remplir la boîte aux lettres du service social du MR. "Pas vite gênée!", commente-t-on, avenue de la Toison d'or, en se frappant la tempe au moyen de l'index…

Un visiteur nommé Dedecker

Spectacle particulier, jeudi dans la salle Breughel, au Parlement flamand. Kris Peeters y était interrogé sur les chipotages au sein de la "Maison flamande" de New York. Parmi les visiteurs, le député fédéral Jean-Marie Dedecker. Normal, vous direz-vous, c'est lui qui a dévoilé, documents à l'appui, le fait que le directeur, Philip Fontaine, ait un rien confondu la caisse de sa société organisatrice d'événement et celle de la Flander's House. Plus étonnant, bien que n'étant pas membre du Parlement ménapien, Dedecker ne se gêna pas pour prendre la parole, lorsque le ministre-président l'attaqua frontalement. Ainsi, à propos de ses éventuelles intimidations à l'encontre des employés de l'officine flamande à NYC. "Faux!, tonna le bouillant Ostendais, ce sont eux qui m'ont contacté pour témoigner des turpitudes de Fontaine!" Qui n'en menait pas large, c'était le président de séance, Jan Peumans, qui avait bien du mal à calmer l'agité Dedecker...

uyttendaele.jpgL'ubiquiste Uyttendaele

Curieux aller-retour que celui du feuilleton "A tort ou à raison", diffusé mardi par la RTBF. Après avoir été présenté au service public, cette série avait été attirée par RTL avant de se retrouver finalement, boulevard Reyers. Et là, c'est par un vote majorité contre opposition que le conseil d'administration l'avait captée. En cause, on s'en doute, la présence du scénariste Marc Uyttendaele, au générique. Malgré que les défenseurs du téléfilm minimisèrent l'intervention de l'omniprésent époux de Laurette Onkelinx, l'affaire eut du mal à passer. Ajoutez au coût de la série – un million d'euros – le fait que le scénariste n'avait pas été mis en concurrence avec d'autres et que de précédentes tentatives du Cher Maître avaient fait un bide, vous aurez saisi la tiédeur de certains. Pourtant, tous comptes faits, "A tort ou à raison" n'a pas trop mal passé la rampe. Tant du côté de l'audimat que de celui des professionnels. Au point que, selon certaines sources ertébéennes, Uyttendaele s'apprêterait à remettre cela. Mais quand dort-il?

quevrin.jpgLa phrase de la semaine

Les Laekenologues les plus avertis étaient quasi unanimes: si le prince Philippe s'était laissé pousser la barbe, c'était dans le souci d'apparaître (encore) plus volontaire. La rayonnante patronne de Place royale, Anne Quevrin, est d'un autre avis: "La barbe naissante du prince souligne le bleu de ses yeux." À force de faire dans le subversif, l'ertéellienne va finir par se faire censurer…

 

02/05/2009

QUE DU BONHEUR (DH 19-04-09)

van rompuy-reynders - quedub 19-04-09.jpg
Le CD&V n'encaisse pas Reynders!

L'autre samedi, dans La Libre Belgique, Louis Michel appelait une nouvelle fois à lui Guy Verhofstadt, en souvenir de l'excellent travail qu'ils avaient réalisés ensemble, sous l'Arc-en-ciel. Quelques jours plus tard, face à ses troupes, Reynders en a remis une couche, louant le travail que Verhofstadt avait effectué, à la tête du gouvernement, entre 1999 et 2007. Sans compter que le même a regretté, lors de l'émission Terzake, de voir les équipes Leterme et Van Rompuy sans direction (bestuurd). Il n'en fallait pas plus pour que le CD&V fasse entendre sa grosse artillerie. Samedi dans une interview au Tijd, l'ancien président social-chrétien et actuel secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe, est monté au feu. "Si Reynders veut sauver le pays de la même manière qu'il l'a fait durant les 10 dernières années, cela ne marchera pas!", s'étouffait-il. Puis, plus loin: "C'est un scandale que Reynders ose évaluer le travail de Leterme et van Rompuy." Une autre voix, habituée des couloirs du 16 rue de la Loi, complète: "Qui donc, au sein du gouvernement, trouve encore grâce aux yeux de Reynders?". Ça y est, c'est reparti comme en 2007…

Qu'on se le dise: Lutgen n'aime pas les OGM!

En préparation du conseil européen de l'Agriculture qui se tenait le 23 mars dernier, les entités fédérées belges s'étaient réunies en comité de concertation. Parmi les points à l'ordre du jour, la position que notre représentant – le ministre wallon Benoît Lutgen (CDH) – défendrait, lorsque le problème des OGM viendrait sur la table, lors de la réunion européenne. Il avait été décidé que la Belgique s'abstiendrait. Lutgen n'en a pas tenu compte, à la fureur du gouvernement flamand qui ne partage pas le combat que mène le wallon, dans ce dossier. Témoigne de la lutte du Bastognard, son appel du 7 avril dernier pour que toutes les communes deviennent "sans OGM". Dans son invite, le ministre affirme que les communes ont "un rôle à jouer pour la sauvegarde de notre agriculture traditionnelle et biologique familiale face aux pressions des multinationales qui tentent d'imposer un modèle agricole industriel et standardisé." Voilà qui va encore plaire à certains…

Crise oblige, Thomas & Piron revend ses projets au Maroc pour 30 millions d'euros

La nouvelle avait été annoncée, sans précision. Désormais, l'information est datée: c'est à la fin mai que Thomas & Piron se retirera du Maroc. Active depuis 10 ans au pays de Mohammed VI, la filiale internationale de la société belge y a mené d'importants projets résidentiels: Port Lixus, Mansour Lake City et Essaouira (Mogador). Avec la crise, c'est à près de 50% que s'élève l'ardoise en matière l'immobilière. Voilà pourquoi Thomas & Piron a décidé de se recentrer sur son core business: la construction, en Belgique. C'est vers la société Alliance que se sont tournés les Belges: ayant reçu l'aval des autorités locales, Thomas & Piron aura donc revendu, fin mai, l'ensemble de ses activités au Maroc. Bénéfice? Plus de 30 millions d'euros. Le bureau d'architectes L'Atelier de Jean-Pierre Reynders, partenaire de Thomas & Piron, continuera à travailler sur les trois projets marocains…

vanderijst - quedub 19-04-09.jpgVanderijst: un Bruxellois et ex-RTBF à Namur

C'est à la fin de ce mois qu'Olivier Vanderijst, actuel chef de cabinet de Laurette Onkelinx prendra officiellement la tête du comité de direction de la Société régionale d'investissement de Wallonie (SRIW). C'est à la RTBF que feu Guy Mathot avait pêché Vanderijst pour en faire son attaché de presse. Le journaliste avait formé un duo de choc avec un certain Jean-Claude Marcourt, chef de cabinet. Plus tard, le tandem s'était retrouvé chez Jean-Claude Van Cauwenberghe et, au départ de Marcourt, Vanderijst était devenu chef cab. Poste qu'il occupe actuellement chez Laurette Onkelinx: pas mal pour ce fidèle d'entre les fidèles de Mathot dont on sait la haine corse qu'il entretenait avec la vice-Première ministre. Et voilà que Vanderijst est sur le point d'y aller d'un second exploit: ce Bruxellois va prendre la tête de la SRIW! Pour le remplacer, on cite les noms de deux chefs de cabinet: Benjamin Cadranel (Picqué) et Renaud Witmeur (Demotte). Ce sera sans doute pour l'après 7 juin…

La phrase de la semaine

Une fois n'est pas coutume, voici deux extraits du profil 964810 (féminin) du site de rencontre Rendez-vous: "Je voudrais rencontrer un homme politique de gauche, charismatique." De la même rendevouzienne: "Je ne veux pas d'un homme politique de droite, mou, paresseux et insipide". Pourquoi, ça existe