Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/09/2009

JEAN-MARIE DEDECKER: "PAS BONNE, LA CHANSON DE CLOUSEAU!" (DH 06-09-09)

dedecker.jpg

Depuis son demi-échec électoral, on n'a guère entendu Jean-Marie Dedecker. Sauf pour dénoncer l'affaire de la maison flamande à New York. Nous lui avons demandé comment se portait son parti et comment il avait vécu l'entrée de son rival Bart De Wever au gouvernement de Kris Peeters. Sans oublier son avis sur la chanson pro-belge du groupe Clouseau…

La Dernière Heure: Etes-vous remis de votre score décevant, aux élections du juin?

Jean-Marie Dedecker: Disons que, si nous avons bel et bien gagné les élections, nous avons perdu les sondages qui nous donnaient 10%. Au final, nous n'avons eu que 8%.

DH: Vous avez donc plutôt perdu les élections…

JMD: Non, nous avons fait un pour cent de plus qu'au scrutin précédent. Mais il est vrai que les sondages nous donnaient plus…

DH: A quoi attribueriez-vous ce demi-échec?

JMD: L'électeur n'a pas récompensé les partis qui avaient le meilleur programme, mais ceux qui étaient les plus médiatisés. Prenez par exemple le CD&V qui n'a tenu aucune des promesses contenues dans son programme…

DH: Avez-vous payé l'affaire du détective privé que vous aviez engagé pour suivre Karel De Gucht?

JMD: Je reconnais que j'ai été piégé par ce détective (Ndlr: pour rappel, celui-ci a transmis le fruit de ses recherches à une chaîne télé), mais cela n'a pas joué.

DH: Où en est l'affaire: Karel De Gucht avait porté plainte contre vous?

JMD: Pas contre moi! Il a porté plainte contre le détective et contre inconnu.

DH: Quelle est votre intime conviction, dans ce dossier?

JMD: De Gucht a menti trois fois devant le Parlement, à propos de l'affaire Fortis. Et je me demande bien pourquoi la Justice n'analyse pas le fond du dossier…

DH: Quel effet cela vous a-t-il fait que Bart De Wever (NVA) fasse 5% de plus que vous?

JMD: Avec son franc-parler et son flamingantisme, il fait partie de la nouvelle génération.

DH: Franc-parler et flamingantisme: il est un peu comme vous?

JMD: Il existe une différence: je suis libéral de droite et De Wever ne l'est pas! Mais avec ses 13%, il avait le droit d'entrer au gouvernement flamand.

DH: Depuis les élections, vous avez dénoncé un nouveau scandale: la gabegie au sein de la maison flamande à New York…

JMD: C'est exact! Le directeur général vient d'être remercié.

DH: Comment se fait-il que vous parveniez à dénoncer tant de scandales?

JMD: Je prépare très, très bien mes dossiers et j'ai l'image d'être quelqu'un de correct. Sans compter que je suis une grande gueule et que je travaille beaucoup!

DH: Quel est votre avis sur le disque "Leve Belgïe, Vive la Belgique" que vient de sortir le groupe Clouseau?

JMD: Je suis partisan de la libre-pensée et de la libre-parole.

DH: Ce n'est pas un avis sur la chanson…

JMD: Je la connais certes, mais je ne trouve pas que ce soit une chanson réussie. Tant pour la mélodie que pour les paroles.

DH: Vous n'êtes pas d'accord avec le fond?

JMD: Disons que je ne partage pas ce que chante Clouseau. Mais si je rencontre en rue le leader du groupe, Koen Wauters, j'en parlerai avec lui autour d'une bière. Pour résumer, à part que les journaux ont demandé aux hommes politiques ce qu'ils pensaient de ce morceau, on n'en parle pas autour de moi. Normal, je le répète, ce n'est pas une bonne chanson…

02/05/2009

JEAN-MARIE DEDECKER: "JE NE M'ARRETE JAMAIS!" (DH 19-04-09)

JM DEDECKER - DH 19-04-09.jpg

Vendredi, la VRT et VTM annonçaient que le député Jean-Marie Dedecker avait engagé un détective privé pour enquêter sur le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht (Open VLD), dans le cadre de la vente du Palais de Justice de Furnes. Nous avons interrogé le leader de LDD: il est plus nuancé. 

La Dernière Heure: Vous confirmez l'engagement de ce détective privé?

Jean-Marie Dedecker: Oui! Il m'était revenu que Karel De Gucht pourrait avoir joué un rôle à propos d'immeubles dont la vente était destinée à rééquilibrer le budget de l'Etat.

DH: De quels biens s'agit-il?

JMD: Il s'agit de six palais de Justice – et pas seulement celui de Furnes – mais aussi de notre ambassade à Tokyo. Dans tous ces dossiers, on retrouve également le nom de la famille Jaspers…

DH: Qu'est-ce qui vous a semblé suffisamment troublant pour recourir au service d'un détective privé?

JMD: Les firmes ayant participé à ces ventes sont belges, mais leurs conseils d'administrations sont étrangers. Mieux, ils changent souvent de pays et se retrouvent parfois en Irlande.

DH: Que vient faire Karel De Gucht dans tout cela?

JMD: Pendant que j'examinais ce dossier, quelqu'un m'a averti que le ministre aurait servi de contact lors de l'une ou l'autre de ces ventes.

DH: Trouvez-vous que ce type d'enquêtes relève de votre rôle de parlementaire?

JMD: En travaillant de la sorte, j'ai déjà poussé la ministre Fintje Moerman à la démission. Il y a aussi eu le dossier Koekelberg…

DH: Pour ces affaires, aviez-vous aussi eu recours à des détectives privés?

JMD: Il s'agit plutôt de spécialistes. Pour les Palais de Justice, j'ai pris un détective privé parce que les sociétés étaient dirigées à partir de l'étranger. Il me fallait un bureau spécialisé pour savoir pourquoi les conseils d'administration étaient hors de nos frontières. 

DH: Etes-vous arrivé à un résultat?

JMD: Non! Je ne suis pas parvenu à mettre la main sur les documents me permettant de conclure.

DH: Karel De Gucht a souvent été cité, ces derniers temps: affaire Fortis, dossier de la vente des Palais de Justice…

JMD: Sans compter qu'il a menti sur les trois coups de fil qu'il aurait passés à sa banque. Il semble pourtant que je suis le seul à m'en inquiéter. Si j'ai du avoir recours à ce détective, c'est parce que la presse ne fait plus son travail. Aujourd'hui, il faut qu'on lui mette la matière en bouche pour qu'elle se mette en route.

DH: Vous accepteriez qu'un détective privé enquête sur vous?

JMD: Il ne s'agit pas d'enquêtes sur la vie privée de Monsieur De Gucht ou de sa famille. Cela, je m'en fous: il fait ce qu'il veut!

DH: Commet votre dossier a-t-il atterri dans des rédactions?

JMD: La faute en revient au porteur qui devait me fournir les conclusions du détective privé: il les a transmises à la presse.

DH: Vous allez en rester là?

JMD: Je ne m'arrête jamais!

Aernoudt ne reviendra pas!

DH: Le député LDD Rob Van de Velde s'est récemment plaint de la confection de certaines de vos listes?

JMD: Toutes les partis connaissent des problèmes lors de l'élaboration des listes. De plus, dans tout nouveau parti, surviennent des opportunistes et des idéalistes. Surtout lorsque ce parti grimpe dans les sondages… En l'espèce, le problème a été résolu dès le lendemain du jour où il s'est posé.

DH: À propos de nouveau parti, votre ami Rudy Aernoudt a fait un flop…

JMD: Il a été roulé magistralement. Selon moi, ce n'est pas Maingain qui l'a roulé, mais Reynders lui-même.

DH: Il s'agissait d'un scénario bien préparé?

JMD: J'en suis persuadé! Le but n'était pas seulement d'éliminer Aernoudt du MR, mais de faire la même chose par rapport à Lidé.

DH: Aernoudt annonce qu'il reviendra pour les fédérales de 2012…

JMD: Il ne reviendra pas!

DH: Le vide qu'il laisse en Wallonie ne vous donne pas plus envie de vous y présenter?

JMD: Non, il n'y aura pas de listes LDD en Wallonie. À Bruxelles, évidemment, oui!