Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/01/2010

PRESIDENTS DE SPF: LA BALANCE PENCHE DU COTE FLAMAND (Que du bonheur, DH 17-01-10)


hansd'hondt.jpg

Nous abordions, la semaine dernière, les problèmes lié à la désignation d'un nouveau président du SPF Finances. Il n'a fallu que cinq jours pour que ce que nous évoquions devienne réalité: Hans D'Hondt, jusqu'alors patron de la Chancellerie du Premier ministre, a été désigné à ce haut poste, lors du conseil des ministres de vendredi. Cette nomination risque de faire du bruit: elle met en effet à mal la sacro-sainte parité linguistique entre patrons des administrations. Sur les 15 mandats – aux 14 présidents de SPF, il convient d'ajouter celui de la Chancellerie –, 7 sont désormais occupés par des Flamands, pour 5 francophones.

Quelques heures avant la désignation de D'Hondt, Yves Leterme s'était choisi un nouveau chef de cabinet: Eric Kirsch, ancien membre de cabinets CD&V – dont celui de Jean-Luc Dehaene –, mais aussi ex-patron de la Régie des Voies aériennes et représentant permanent belge auprès de l'OTAN. C'est ce CD&V pure eau bénite qui officiera désormais comme secrétaire du conseil des ministres, à la place d'Hans D'Hondt.

15/01/2010

DESIGNATION DES PRESIDENTS DE SPF: TRIPLE EQUATION A DOUBLE INCONNUE (Que du bonheur, DH du 10-01-10)


TourFinances.jpg

Ainsi donc, le président du SPF Chancellerie du Premier ministre, Hans D'Hondt, pourrait devenir président du SPF Finances. Il a obtenu une note "A", les 12 autres candidats n'ayant pu décrocher mieux qu'un piteux "C". Parmi eux, quelques solides pointures des Finances comme Jean-Marc Delporte, Noël Colpin, Philippe Jacquij et Jean-Claude Laes. Le problème de la présidence du département des Finances se pose avec plus d'acuité depuis ce 8 janvier, avec le départ à la pension de Jean-Pierre Arnoldi, patron intérimaire. Résultat, un double problème linguistique: d'une part les 14 présidences de SPF doivent être partagées équitablement entre Flamands et francophones et, au sein de chaque direction, un même équilibre doit être préservé. Or trois SPF sont vacants: la Chancellerie du Premier ministre, les Finances et l'Economie.

Pour rétablir l'équilibre N-F entre présidents, la logique voudrait que deux postes à pourvoir le soient pour des francophones. Un chef cab francophone pour Yves Leterme? Vous n'y pensez pas! Herman Van Rompuy avait trouvé la parade en établissant un distinguo pour son président de Chancellerie, entre la fonction "chef de cabinet" et celle "secrétaire du Conseil des ministres". Vu l'importance de la seconde mission, celle-ci avait été octroyée à Hans D'Hondt, la francophone Françoise Audag étant là pour trier les attache-tout et choisir la couleur des clenches de portes. Ajoutez que l'examen pour le 3ème poste, celui de président du SPF Economie, devait avoir lieu le 5 janvier, mais a été annulé pour "erreur dans la formation du jury": vous aurez saisi l'ampleur du cafouillage en cours. Avec cette seule question en guise de conclusion: les francophones seront-ils encore cocus lors du grand partage?