Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2010

Eric Van Rompuy: "La fin du miracle flamand!" (DH 25-01-10)


ericvanrompuy.jpg

Interrogé hier matin sur les ondes de la RTBF, l'ancien ministre flamand de l'Economie, Eric Van Rompuy, s'est montré bien peu optimiste concernant l'avenir d'Opel Anvers. "La Flandre ne pèse pas assez sur les multinationales", a-t-il affirmé. Pressé par La Dernière Heure d'élargir son propos, le député de Parlement flamand déclare, sans ambages: "Il est faux de croire qu'Opel pourra rester ouvert!" Et de rappeler le triste sort qui fut celui de Renault Vilvorde, à la fin des années 90. Selon Van Rompuy junior, il s'agit ni plus ni moins que la fin du miracle flamand. En cause, selon lui, le fait que la Flandre manque cruellement de leviers économiques qui permettraient d'influencer les coûts salariaux, voire ceux de l'énergie. Pour appuyer ses dires, le député CD&V sort les derniers chiffres du chômage en Flandre: plus de 5.000 pour le seul mois de janvier, le gouvernement de Kris Peeters en prédisant entre 40 et 45.000 pour 2010.

La solution serait bien, selon Van Rompuy, de régionaliser le marché de travail et l'impôt des sociétés, mais la Flandre n'en a pas les moyens. D'où l'appel qu'il lance aux régions afin que celles-ci se responsabilisent plus et se dotent d'instruments différents pour y parvenir, selon qu'il s'agit de la Flandre ou de la Wallonie. Et le député d'en appeler à la mémoire de feu Gaston Geens, ministre-président flamand, qui avait lancé le projet Flander's Technology, en 1983. C'est ainsi que Van Rompuy prône, pour la ixième fois, en faveur d'entreprises flamandes plus innovantes et technologiques, parlant même de la fin de la période d'industrialisation. "Trouvons de nouveaux secteurs, des secteurs de services avec de l'informatique et de la logistique", lance l'ancien ministre flamand de l'Economie.

"Les coûts trop élevés et le manque d'innovation technologique sont des données que chaque région doit combattre, avec les moyens dont elle dispose", lance Eric Van Rompuy. Un nouvel appel vers plus de régionalisation!

Le même Van Rompuy s'élève également contre certains mandataires du sud du pays – lisez: Olivier Maingain – selon lesquels Opel Anvers est bien la preuve que la Flandre n'est pas à l'abri de catastrophes industrielles. Pareille réaction wallonne ne serait-elle pas due à une certaine suffisance dont auraient fait preuve les partis flamands, dans le passé?" "En tous les cas, ce n'est pas un reproche qu'on peut adresser au CD&V!", tranche Eric Van Rompuy, en guise de conclusion.

 

18/01/2010

PRESIDENTS DE SPF: LA BALANCE PENCHE DU COTE FLAMAND (Que du bonheur, DH 17-01-10)


hansd'hondt.jpg

Nous abordions, la semaine dernière, les problèmes lié à la désignation d'un nouveau président du SPF Finances. Il n'a fallu que cinq jours pour que ce que nous évoquions devienne réalité: Hans D'Hondt, jusqu'alors patron de la Chancellerie du Premier ministre, a été désigné à ce haut poste, lors du conseil des ministres de vendredi. Cette nomination risque de faire du bruit: elle met en effet à mal la sacro-sainte parité linguistique entre patrons des administrations. Sur les 15 mandats – aux 14 présidents de SPF, il convient d'ajouter celui de la Chancellerie –, 7 sont désormais occupés par des Flamands, pour 5 francophones.

Quelques heures avant la désignation de D'Hondt, Yves Leterme s'était choisi un nouveau chef de cabinet: Eric Kirsch, ancien membre de cabinets CD&V – dont celui de Jean-Luc Dehaene –, mais aussi ex-patron de la Régie des Voies aériennes et représentant permanent belge auprès de l'OTAN. C'est ce CD&V pure eau bénite qui officiera désormais comme secrétaire du conseil des ministres, à la place d'Hans D'Hondt.

21/12/2009

QUAND DONC LETERME PARVIENDRA-T-IL A PRENDRE UN PEU DE HAUTEUR? (Que du bonheur, DH du 20-12-09)


Yves_Leterme.jpg
Jeudi, au gouvernement fédéral, l'ambiance est toujours ce qu'elle était du temps d'Herman Van Rompuy: apaisée. Pour preuve, les feintes qui ont une nouvelle fois fleuri, à propos du semblant de romance entre Charles Michel et Carla Bruni. Autre sujet d'hilarité, la remarque de Patrick Dewael, président de la Chambre, à Katrien Partyka, députée CD&V qui, en séance plénière, s'était agenouillée de manière équivoque aux pieds du CDH Christian Brotcorne. Dewael avait tancé la fautive, d'une manière que l'association Vrouw en Maatshappij avait jugée sexiste. Bref, deux histoires d'ados boutonneux. Plus sérieument, la récente plainte du citoyen MR de Rhode, Eric Libert, a été abordée. Le francophone s'élève contre un décret flamand accordant une préférence aux autochtones pour l'achat d'un terrain ou d'un logement dans 69 communes de Flandre. Et là, contrairement à une habitude inaugurée du temps de Jean-Luc Dehaene, le gouvernement ne s'est pas lavé les mains. Le dossier reviendra sur la table, lors d'un prochain kern. Dommage, selon de nombreux ministres…