Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/01/2010

ALAIN MATHOT: "LOGER LES CONDAMNES AU BON ENDROIT" (DH 17-01-10)


alainmathot.jpg

La Dernière Heure: Votre site internet indique que vous n'appréciez pas la loi sur les logements sociaux qu'André Antoine a édictée, sous le précédent gouvernement wallon?

Alain Mathot: Il est clair qu'il y a un réel problème en matière de logements sociaux. Si on continue comme ça, on va vers leur fin…

DH: Pouvez-vous expliquer?

AM: Avant, ceux qui souhaitaient bénéficier d'un logement social étaient reçus par du personnel qui analysait l'attribution des logements selon toute une série de critères. Aujourd'hui, après l'affaire de la Carolo, le gouvernement a émis des critères objectifs, mais il n'a pas pensé à tout. Il y a, et il y aura toujours, des cas auxquels on n'a pas songé…

DH: Par exemple?

AM: Dans ma ville, Seraing, nous avons 6.000 logements sociaux pour un parc de 30.000 logements. Notre turn-over est bien plus grand qu'à Chaudfontaine où il y a 6 (sic) logements sociaux. Si cela continue, Seraing va accueillir toute la misère de Wallonie. Avec la nouvelle loi, le problème se pose tant au niveau de la mixité sociale qu'à celui des finances.

DH: Concrètement?

AM: La nouvelle loi ne prévoit pas la nécessité d'avoir recours au certificat de bonne vie et mœurs. Est-il normal que l'on mette un pédophile dans un immeuble où vivent une cinquantaine d'enfants?

DH: Où va-t-on le mettre, si toutes les sociétés de logements sociaux se renvoient la balle?

AM: Pas question d'appliquer une double peine aux condamnés! Il revient aux sociétés de logements sociaux de mettre ces gens au bon endroit. Elles en auraient bien la possibilité, mais la nouvelle loi les en empêche. Ce n'est pas à Charleroi que l'on doit décider dans quels logements sociaux de Seraing doit aller un pédophile!

DH: Vous visez le ministre Jean-Marc Nollet (Ecolo), successeur d'André Antoine, qui est Carolo?

AM: Il paraît qu'il est en train de revoir la loi…

DH: Votre coup de gueule est plus qu'un effet de manche pour barrer la route à votre rival liégeois, Michel Daerden, dont on ne cesse de parler?

AM: Vous trouvez qu'on parle toujours de lui en bien?

DH: Certains ont noté que vous étiez le grand absent des vœux du PS liégeois, le week-end dernier…

AM: J'étais à Las Vegas, au salon des télécommunications. Je souhaite doter Seraing d'un réseau de la nouvelle génération.

DH: Pour en revenir aux logements sociaux?

AM: Un policier va siéger au conseil d'administration de la Maison Sérésienne: il a accès au certificat de bonne vie et moeurs, lui! Je le répète, l'idée n'est pas de ne pas loger quelqu'un qui a été condamné pour pédophilie, mais de le loger au bon endroit!

10/04/2009

QUE DU BONHEUR (DH 02-04-09)

demotte - quedub 02-04-09.jpg

A Kinshasa, Demotte a appris la patience!

Rudy Demotte est sorti tout, sauf grandi du reportage de la RTBF, le montrant, à Kinshasa, en train d'attendre vainement d'être reçu en audience par Laurent-Désiré Kabila. Alors, le président congolais a-t-il réellement fait lanterner le ministre-président wallon, comme tendaient à le montrer les images du service public? Non, non et non! Comme en témoigne un communiqué de l'agence APA, après la mise à pied du président de l'assemblée nationale, Kabila avait passé toute une journée à rencontrer son premier ministre et d'autres hauts dignitaires du régime. Le problème? Le déchu n'était pas seulement membre de l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP), mais aussi un proche de Kabila. Traduction, en termes non diplomatiques: ce dernier avait d'autres chats que Demotte à fouetter! Dommage qu'il ait manqué de temps à la RTBF pour l'expliquer…

kubla - quedub 02-04-09.jpgKubla: in vino veritas!

Mercredi en fin de journée, lorsqu'ils ont appris la manière dont Serge Kubla avait évoqué l'avenir de Reynders en cas d'échec du MR aux régionales, beaucoup se sont tapé le front au moyen de l'index. Le moment était-il bien choisi? Certes, les témoins des confidences du Waterlootois notaient qu'il s'était exprimé en toute, toute fin de repas – ses collaborateurs ont trouvé qu'il y avait été trop fort! –, mais cela n'explique pas tout. Surtout que, quarante-huit heures plus tôt, le même avait déjà allumé une mèche en exposant ses exclusives pour une éventuelle majorité wallonne. Lorsque, en fin de journée, après une réunion avec ses conseillers, Reynders a téléphoné au bavard, lui demandant tout de go: "Ainsi, tu as clairement demandé ma démission?", c'est une voix un rien hésitante qui lui a répondu. Laissons la conclusion à une fine lame du MR: "Kubla ces temps-ci, c'est "in vino veritas"!

fabienne vande meerssche - quedub 02-04-09.jpgLe gâteau d'annif plus cher en bougies qu'en gâteau (© Coluche)

Lors de la préparation de l'émission de la RTBF sur le scrutin européen, présentée par Fabienne Vande Meerssche, il avait été demandé aux membres de l'équipe de fournir leur date de naissance. Sans cela, impossible de disposer du sésame donnant accès au Parlement européen, où se déroulait "Vivre avec ou sans l'Europe". "Pas question!", avait tempêté la présentatrice qui n'avait rien voulu savoir lorsqu'on lui avait dit qu'elle risquait d'avoir des problèmes. "Vous verrez, je me débrouillerai…", promit-elle. Non mais, une star de son rang n'a pas besoin d'un badge, fût-ce dans un des bâtiments les plus sécurisés de la capitale de l'Europe. Comme elle ne voulait rien entendre aux suppliques de ses collègues, ceux-ci n'ont eu d'autre recours qu'à se procurer le pedigree de la belle auprès du service du personnel. C'est là qu'ils ont compris l'énergie mise par Fabienne pour conserver secrète l'information: le 25 août prochain, elle quittera la tranche des quadras. Mais chut, ne le répétez surtout pas…

André Antoine, nerveux comme un saut de puce!

André Antoine (CDH) n'aurait sans doute jamais imaginé que ses décisions en matière de "sauts de puce" iraient jusqu'à lui valoir la célébrité, au parlement fédéral. C'est ce qui est arrivé, mercredi, à l'occasion d'une question du député MR, Jean-Luc Crucke, au ministre fédéral du Climat et de l'Energie, Paul Magnette (PS). Dans sa réponse, le socialiste a décrit par le menu les escales du dossier des vols Liège-Charleroi à destination du Maroc. Pour faire bref, côté wallon, Antoine a d'abord interdit ces vols avant de revenir en arrière, tandis qu'en Flandre, on en viendrait presque à interdire annuellement plus de 400 vols. De quoi faire dire à Crucke: "La logique environnementale s'estompe dès que la frontière linguistique est franchie." Amen.

fluide-glacial-belge - quedub 02-04-09.jpgLa phrase de la semaine

Si les Belges utilisaient le quart de l'énergie qu'ils dépensent dans leurs bisbilles linguistiques à soigner leur produit intérieur brut, ils seraient les plus riches du monde. Nous, petits Français, on n'imagine pas le temps, l'intelligence, la ruse, l'inventivité, la pugnacité et le travail sacrifiés dans l'unique but de faire la nique à leurs compatriotes ennemis, pour ne pas céder un millimètre de terrain face à la prétendue volonté hégémonique de l'autre. (Fluide glacial, spécial Belgique).

04/10/2008

Que du bonheur 28-09-08

Perquisition à son domicile, le 11 juin…
Avant-hier vendredi, Jean-Claude Van Cauwenberghe a déposé plainte contre X, pour violation du secret professionnel et diffamation. C'était entre les mains de la juge Michel. En cause, l'affaire de la perquisition à son domicile, le 11 juin dernier. Celle-ci avait pour objet la construction du hall des sports de Beaumont et était menée par la juge Jacqueline De Mol. On s'en souvient, ce jour-là, une lettre aurait été trouvée: elle était signée par l'ami de Van Cau, Robert Wagner, lui demandant de rembourser le coût d'un voyage que les deux hommes avaient fait aux Maldives, en 2002 et en compagnie de leurs épouses. Quelques jours après cette visite, une note de la police avait été dévoilée. Son auteur y narrait non seulement les conditions dans lesquelles la perquisition avait été effectuée, mais il faisait aussi état du courrier de Wagner. Celui-ci était daté de 2005 et l'entrepreneur y demandait à son ami politique – selon l'auteur de la fameuse note – de lui rembourser une somme de 17.000 euros, pour le voyage. Depuis, on a appris qu'il existerait peut-être deux versions de la note.

a21a60110faa227f60d3b073adbd08a1.jpg

… Van Cau a déposé sa plainte, vendredi
Me Pierre Chomé, avocat de Van Cau, y voit dans l'existence de cet éventuel double la première preuve d'une manipulation contre son client. Secundo, l'avocat ne veut pas croire qu'en 2005, un homme avisé comme Wagner aurait pris le risque d'envoyer un écrit à son ami, qui plus est en spécifiant bien qu'il le faisait "vu le climat des affaires". Toujours selon le robin, la lettre serait d'autant plus fantaisiste que Van Cau a payé l'acompte de sa part du voyage en 2002 et le solde en 2003. En témoignent, les extraits bancaires, mais aussi le bon de commande de l'agence de voyage, Nosylis. Plus avant dans sa réflexion, Me Chomé en vient aux conditions mêmes de la perquisition: il rappelle que celle-ci a été effectuée dans les régles, c'est-à-dire d'après un courrier écrit par le Premier président de la Cour d'appel de Mons, Jean Franeau. La juge d'instruction De Mol n'a rien fait d'autre que de suivre à la lettre les instructions de ce dernier. La juge aurait-elle découvert un élément relevant, lors de sa visite, que le substitut du Procureur du Roi, Pierre Marlier, également sur place le 11 juin, lui aurait verbalement demandé d'étendre son mandat. Ainsi le veut la loi. Marlier ne l'a pas fait. Autant d'éléments qui poussent Me Chomé à affirmer que, plus qu'un document interne de la police, la fameuse note est une "véritable lettre ouverte". Et qu'elle vise avant tout la juge De Mol, coupable aux yeux de certains policiers, de les avoir méprisés, lors de la perquisition. Si l'on suit cette version, Van Cau ne serait qu'une victime collatérale de la note. Une victime collatérale bien en chair certes, mais une victime collatérale quand même. D'où la plainte qu'il a déposée vendredi…

15a2944a67e3e4248f85b1a442afa1bc.jpg
André Antoine, ministre wallon du spam
Curieuse pratique du numéro deux de l'équipe Demotte, André Antoine. Non que le vice-premier du gouvernement wallon – comme il se plaît à s'autoproclamer – n'avait pas le droit de souhaiter une bonne fête aux Wallons, comme il l'a fait le week-end dernier dans sa newsletter. Il y a qu'Antoine a arrosé bien au-delà, déversant sa Bonne Parole à des Wallons et des Wallonnes qui ne sont même pas abonnés (si, si, ça existe!) à son courrier. Un spam, cela s'appelle! Imaginez dès lors combien sont passées au-dessus de la tête de ces analphabètes les exhortations ministérielles à "célébrer la Wallonie", voire les chiffres de la production d'énergie verte ou ceux du record des passagers transportés par les TEC. Même réflexion pour la conclusion, empruntée à JFK: "Le matin, ne vous demandez pas ce que la Wallonie peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour la Wallonie". Si vous n'êtes pas antoinien, il y a peu de chances que cette péroraison vous ait arraché des larmes d'émotion…

La Belgique va-t-elle rembourser sa dette coloniale au Congo?
A l'occasion du centenaire du legs de l'Etat indépendant du Congo à la Belgique, le Collectif "Mémoires Coloniales" a donc proposé l'ouverture d'un débat public sur notre passé congolais (sic). Et les écrivains, historiens, journalistes et citoyens, membres du Collectif, de dénoncer dans un manifeste les stéréotypes, préjugés et assertions tronquées – respirez un bon coup – "héritées de l'historiographie coloniale et post-coloniale complaisante à l'égard de Léopold II, des agents de la colonisation et des financiers ayant tiré profit de l'exploitation du pays." Et, dans la foulée, ces humanistes de réclamer que soient apposées sur certains monuments "des plaques rétablissant la vérité historique du rôle de chacun." Quand ils ne demandent pas l'érection de nouveaux monuments à la gloire des figures oubliées. Ce n'est pas tout: les signataires réclament l'annulation sans condition de la dette extérieure du Congo et que la Belgique et la monarchie présentent leurs excuses aux peuples (sic) congolais et que celles-ci soient accompagnées d'une juste réparation. De quoi grever d'autant le budget auquel s'atèle le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet…

95439c75b32d5310384524421b1abed6.jpg

La phrase de la semaine
Trouvée sur le blog du journaliste Diederick Legrain, cette sortie de José Happart, président du Parlement wallon, concernant la sponsorisation des Fêtes de Wallonie par la brasserie flamande Moortgat: "Les namurois ne sont pas capables de trouver un sponsor en Wallonie pour le pékêt. C'est çà, le vrai mal wallon!"