Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/05/2009

EN WALLONIE, ECOLO VA-T-IL PASSER DE 3 A 11 SIEGES? (DH 24-05-09)

javaux-durant.jpg

À ce jour, Dedicated Research-RTBF a réalisé des sondages dans neuf arrondissements wallons. Excepté pour Huy-Waremme, où les problèmes d'apparentement rendent le calcul plus compliqué, les sondeurs se sont aussi risqués à des projections en sièges. Avec toutes les précautions d'usage bien entendu, dans ces huit arrondissements, les résultats sont plutôt décoiffants! Pour le PS, le ressac serait impressionnant, le parti d'Elio Di Rupo n'étant assuré que de 11 sièges (il en a actuellement 34). Le MR en obtiendrait 12 (pour 20), le CDH 9 (pour 14) et Ecolo 11 (contre 3 aujourd'hui). Pour le seul Hainaut, le nombre de députés écolos passerait de zéro à sept députés! Bref, si l'on tient compte de la progression de plus de 35% d'Ecolo à Huy-Waremme et de la chute du PS et du MR dans le même arrondissement, le 7 juin, les Verts pourraient se retrouver au coude à coude, sinon devant le parti de Didier Reynders. Allez vous étonner dès lors qu'avant-hier vendredi, une réunion a été organisée entre les têtes pensantes d'Ecolo pour préparer d'éventuelles négociations d'après élections. Autour de la table, Jean-Michel Javaux, Isabelle Durant, Jean-Marc Nollet, Evelyne Huytebroeck, Marcel Cheron, Christos Doulkeridis, José Darras et Bernard Wesphael. Pas question toutefois de jouer à l'apprenti Verhofstadt qui, président du VLD en 1995, avait laissé filmer du champagne arrivant par caisses entières au siège de son parti, quelques heures avant des élections. Les libéraux n'en avaient pas moins été rejetés dans l'opposition. Pour en revenir à Ecolo, il n'est pourtant guère aisé de ne pas sombrer dans l'euphorie: ceux qui ont vu Jean-Michel Javaux être le quasi-héros de la soirée de foot, jeudi au Sporting d'Anderlecht, ne nous démentirons pas. Autre signe qui ne trompe pas: le fondateur et directeur d'Etiopia – qui est un peu à Ecolo ce que l'institut Emile Vandervelde est au PS –, Christophe Derenne, a été chargé de faire le tri des candidatures qui arrivent au parti pour d'éventuels cabinets ministériels Verts. Sans compter les probables transfuges qui abandonneront le paquebot PS. L'histoire retiendra que le premier d'entre eux fut Franco Granieri, ancien chef de file socialiste à Marchin, qui est troisième effectif écolo à Huy-Waremme. Et donc probable futur député…

 

 

 

 

Jean-Paul Procureur: "MILQUET NE DESAVOUE PAS LUTGEN" (DH 24-05-09)

procureur.jpg

Hier dans La Libre Belgique, le ministre Benoît Lutgen (CDH) annonçait la couleur: "Le contrat du CDH avec le PS se termine le 7 juin". Il disait aussi espérer une future alliance "namuroise": MR-Ecolo-CDH. En interrogeant le député Jean-Paul Procureur, nous avons tenté de savoir si Lutgen parlait en son nom propre ou si son avis était partagé.

La Dernière Heure: L'union avec le PS s'arrête donc le soir des élections?

JPP: Nous ne sommes pas liés avec les socialistes. Il s'est passé dans ce parti des choses inacceptables, comme l'affaire Didier Donfut.

DH: Le PS est devenu infréquentable?

JPP: Aucun parti n'est infréquentable! Ce qui est inacceptable, c'est que certaines pratiques ont été tolérées.

DH: Vous visez Elio Di Rupo?

JPP: Je peux difficilement croire qu'il ait été président de la société (Ndlr: qui avait passé le fameux contrat avec Donfut) sans rien savoir. Surtout que certains avaient attiré l'attention des plus hautes instances du PS: il devait donc savoir que ça allait péter!

DH: Pourquoi n'a-t-il rien fait, selon vous?

JPP: C'est la force de l'inertie…

DH: Elio Di Rupo laisse entendre qu'il y a "ça" partout…

JPP: Il n'y a pas "ça" partout! Malheureusement pour eux. Ce qui se passe est le problème du pouvoir absolu de ceux qui croient que le peuple, c'est eux. Ils ont cru que tout leur était permis. Trop de socialistes ont joué ce jeu-là: Donfut, Van Cau et d'autres moins connus…

DH: Di Rupo estime qu'on s'acharne contre le PS…

EDR: J'ai déjà entendu cela, après l'affaire Donfut. Ce n'est pas vrai: il y a eu trop d'abus. Comme journaliste, j'ai traité l'affaire Carlier: cela m'a valu une réunion du PS où l'on a voulu m'écarter du Centre RTBF Mons.

DH: Selon Lutgen, le contrat avec le PS est à durée déterminée…

JPP: Ne gonflons pas non plus ce qu'il a dit. Mais il a raison: au soir des élections, c'est l'électeur qui rebat les cartes. L'électeur est le patron!

DH: Le ministre parle-t-il en son nom propre?

JPP: Son avis n'est pas personnel. Il est partagé et j'ai déjà dit dans des interviews que, si j'avais de l'admiration pour l'idéologie socialiste à la base, elle a été reniée par certains potentats locaux.

DH: Lutgen remet en cause la stratégie "Milquet"?

JPP: Absolument pas! Il dispose d'une liberté d'expression plus grande. Je peux vous dire qu'il n'est pas désavoué par la présidente.

DH: C'est pourtant elle qui a fait échouer l'orange-bleue?

JPP: Cela se passait au fédéral où les Flamands ont voulu nous faire avaler des couleuvres. Elle a dit "non" et Reynders a été assez amorphe. Je vous rappelle enfin que c'est le Cd&V qui a été chercher le PS.

DH: Ce que Lutgen appelle de ses vœux risque d'entraîner des élections fédérales?

JPP: Certains parlent effectivement d'élections en octobre. Avec la crise, le pays n'a pas besoin de cela…

02/05/2009

LES ECARTS D'UN DIPLOMATE (DH 27-04-09)

Loukos.jpg

Ambassadeur à Moscou, Bertrand de Crombrugghe de Picquendaele était bien coté, au sein de la carrière. Il avait d'ailleurs obtenu son poste pour services rendus à l'OSCE, sous la présidence belge. Et voilà que, selon nos informations, tout se serait récemment enrayé. Il y a quelques mois, le diplomate aurait accepté de faire remettre deux visas à des femmes russes, malgré les mises en garde répétées de notre consulat. Selon celui-ci, les deux belles, que l'on peut décrire comme "de petite vertu", étaient un peu trop proches du géant du pétrole russe, Loukos. On vous laisse imaginer dans quel sombre mécanisme notre compatriote, pourtant catalogué CDH, avait été entraîné pour en arriver à vouloir satisfaire à tout prix ses nouvelles amies. Non seulement, il donna les ordres formels et militaires pour que les visas soient octroyés mais, après qu'elles furent passées par la Belgique, il les retrouva, au bord de la Méditerranée, dans une "petite" villa de Loukos. Mieux encore, la joyeuse bande s'octroya une croisière sur un yacht de la firme. Hélas pour le grand romantique, un beau jour, la rue des Petits-Carmes, siège des Affaires étrangères, fut mise au courant des écarts éthico-libidineux du diplomate. Hors-de-lui, le ministre, Karel De Gucht (VLD), le rappela dare-dare au pays. Jusqu'à aujourd'hui, aucune plainte n'a été déposée: le fautif ne devrait donc pas être poursuivi. Nous avons tenté d'avoir confirmation de l'histoire, auprès du ministre. Tout au plus, sommes-nous parvenus à lui arracher cette réponse lancinante: "Bertrand de Crombrugghe est effectivement revenu en Belgique". Quant à la porte-parole du département, elle n'a guère été plus loquace: "Notre ambassadeur à Moscou est rentré au pays pour raisons personnelles." Des raisons vraiment très, très personnelles!