Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/11/2012

EGLISE SAINT-MARTIN D'ARLON (PARIS MATCH du 11 octobre 2012)

Une église en milieu urbain qui tranche par sa grandeur, sa beauté, sa luminosité et son calme.


Arlon se situe à l'intersection de deux voies romaines que sont Reims-Trèves et Metz-Tongres. Elle est, avec Tongres, une des plus anciennes villes de Belgique. Une première basilique y vit le jour avant 270 et devint, au IVe siècle, un lieu de culte chrétien. Plus tard, 4 églises au moins se succédèrent à cet endroit, dont une église Saint-Martin qui trouva sa place à la grand-rue jusqu'à sa démolition, en 1935.

 

Lors de leur visite respective en 1854 et 1866, les rois Léopold Ier et Léopold II furent stupéfaits qu'Arlon n'ait pas d'édifice religieux, symbole d'accueil à la frontière belge, et le second exprima le vœu de voir Arlon s'en doter d'un. La première pierre est donc posée, le 5 août 1907, tandis que l'église s'ouvre au culte, le 5 juillet 1914. Cependant, Saint-Martin "le Neuf" ne sera consacré qu'en 1937 par Monseigneur Heylen. Elle fut édifiée avec le concours de deux architectes, Van Geluwe, un Namurois, et Modeste De Noyette de Ledeberg-lez-Gand, qui le remplaça à son décès.

 

De style néo-gothique, l'édifice s'inspire largement du gothique rayonnant du XIIIe siècle. Il constitue une grande basilique de plan cruciforme à large nef centrale de cinq travées cantonnées de deux nefs latérales. Un large transept saillant la coupe transversalement et est coiffé d'une flèche octogonale. A l'est, une tour massive de 10 mètres de côté, haute de 73 mètres, est prolongée par une flèche octogonale de 20 mètres. Avec De Noyette, dragons, chimères, oiseaux et monstres grimaçants prennent place sur les corniches, les contreforts ou les gargouilles. Les trois portails sont disposés aux trois principales entrées de l'édifice: un accès dans l'axe du vaisseau et deux accès latéraux, aux bras du transept.

 

A l'est, la statue de Saint-Martin de Tours orne le trumeau central et des scènes en relief de la vie du saint se répartissant sur le tympan. La majeure partie du gros œuvre extérieur est en pierre du pays, notamment en grès de Larochette.

 

A l'intérieur, l'élévation est constituée par de grandes arcades ogivales, surmontées d'un triforium, et d'un rang de fenêtres hautes à couvertures disposées en triplet. Les colonnes de la nef sont constituées de tambours cylindriques superposés, tandis que la grande tribune située au début de la nef centrale repose sur un arc surbaissé qui surplombe l'entrée principale. Le pavement est fait de dalles carrées en pierres calcaires noires et grises, et le gros œuvre intérieur est principalement constitué de grès de couleur jaunâtre et colonnes en calcaire bleu. Cette combinaison des deux pierres donne à l'intérieur un jeu intéressant de bichromie.

 

Parmi les trois roses de l'édifice, celle du chevet du chœur, œuvre des ateliers du maître-verrier gantois Ladon, est particulièrement remarquable et impressionne par son diamètre de 8 mètres dans lequel on retrouve toute l'expression de la pensée gothique. Elle est une parfaite synthèse de l'astrologie biblique et des savoirs médiévaux "syncrétisant" théologie et sciences.

 

Quant au mobilier, le maître-autel, le banc de communion tout comme la chaire à prêcher sont de style néo-roman. Cette dernière est composée d'une cuve supportée par une colonne centrale massive et par quatre colonnes périphériques plus minces. Le style général s'inspire de l'art roman, mais se teinte d'influences byzantines alliées à une tendance Art Déco.

 

Les grandes orgues sont inaugurées en 1933 et installées dans la grande verrière de la nef. Constituées de grands tuyaux visibles, les façades de l'orgue attestent du début progressif de l'abandon des traditionnels buffets monumentaux, donnant à l'instrument une allure plus dépouillée et plus moderne.

 

Le monument est classé par arrêté ministériel de la Région wallonne, le 22 juillet 2002. Il est inscrit sur la liste du patrimoine exceptionnel.

 

La situation de l'église la met en valeur en la plaçant dans un décor urbain, avec la chapelle des fonts et la sacristie qui lui sont accolées, ainsi que le presbytère néo-gothique qui lui fait face. Elle s'impose dans le paysage urbain et conserve son caractère très vivant: services religieux, activités liées à la vie paroissiale et à la vie culturelle investissent, chaque jour, ce bâtiment. Tout en chacun peut venir y apprécier sa grandeur, sa beauté, sa luminosité et son calme.

 

Où?

Square Albert 1er, 6700 Arlon

Tél. 063/22.65.07

Internet: http://www.saint-martin-arlon.be

 

Quand?

A l'office du Tourisme de la ville d'Arlon, on nous explique qu'"aucune visite régulière de l'église Saint-Martin n'est organisée. Pour les visites de groupe, il convient de prendre rendez-vous au 063/22.65.07, soit de contacter le 0487/402.649, voire ce même office du Tourisme, c'est-à-dire le 063/21.63.60"

 

Combien?

Le prix, pour un groupe entre 20 et 30 personnes, est de 30 €.

 

(encadré) La marche aux flambeaux du 9 novembre 2012

A l'occasion de la Saint-Martin, l'office du Tourisme d'Arlon, aidé du comité du centenaire de l'église Saint-Martin, ainsi que de très nombreux partenaires, organise une marche aux flambeaux, dans les rues de la ville. Les participants, munis de lampions fabriqués par les enfants de l'accueil extrascolaire d'Arlon, suivent Saint-Martin. Personnage du folklore belge, français, allemand et hollandais, saint Martin est considéré comme donateur mythique de cadeaux aux enfants. On le représente chevauchant un âne. La marche est une occasion de redécouvrir les sites ayant accueilli les différentes églises en l'honneur de saint Martin. A l'issue de la marche, un accueil chaleureux et musical attend les marcheurs, dans l'actuelle église.

 

Commentaires

Waouh ! Ce blog est juste comme mon ancien ! C'est sur un sujet totalement différent, mais il a peu près la même mise en page et le design. Grand choix de couleurs !

Écrit par : male extra | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.