Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/11/2011

DEBATS: Le scénario de l’échec “pas envisageable” (DH 20-11-11)

“On n’arrivera pas à un accord, sans toucher injustement les plus pauvres”, a dit Moureaux (PS)


   

 Premier à prendre la parole, sur le patinage des discussions autour d’Elio Di Rupo, Bernard Clerfayt (FDF), qui a calculé que les 11,3 milliards à trouver pour le budget signifient que “chaque Belge devra y aller de 1.000 €”

 

Éric Donckier, du Belang van Limburg, y va d’une petite phrase assassine à l’encontre du formateur : “(Avec sa note) Di Rupo vise surtout la Flandre !” Sabine Laruelle (MR), ministre des Classes moyennes, lui emboîte le pas : “Si on suit la note (à la lettre), les gens qui travaillent vont avoir la tête sous l’eau.”

 

Philippe Moureaux n’est pas loin de partager cet avis, reconnaissant “qu’il y a dans la note des choses qui ne me font pas plaisir”.

 

Et de préciser sa pensée, s’en prenant au monde de la finance : “Ceux qui ont déclenché cette crise, ce sont eux qu’on veut protéger.” Thierry Bodson (FGTB) menace ensuite : “S’il y a un accord touchant les pensions, les prépensions, l’indexation des salaires et la dégressivité des allocations de chômage, ce sera une déclaration de guerre !”

 

Pendant que Sabine Laruelle revient à la charge, rappelant “qu’au niveau européen, la Belgique est le 24e pays en ce qui concerne la charge fiscale”, Moureaux la coupe, et on entend la ministre fédérale répondre à Pascal Vrebos, lui demandant “Il ment ?”.

 

“En tout cas, il dit des contre-vérités !” Concernant les menaces de l’Europe, Moureaux tempère : “J’étais ministre en 1980 et l’Europe voulait déjà que nous touchions à l’indexation.”

 

Le journaliste du Belang van Limburg en revient au formateur : “Il doit oser, en imitant Dehaene, qui a pris des mesures non populaires, et en est devenu populaire” (sauf qu’il a perdu les élections suivantes…). Et de citer notre confrère de La Dernière Heure, Christian Carpentier, qui écrivait samedi : “Elio Di Rupo a-t-il vraiment envie de devenir Premier ministre ?”

 

Plus loin, Christophe Wambersie (UCM) explique qu’en Belgique “il n’y a pas de problème d’emploi, mais un problème de coût de l’emploi”. Même ambiance à Mise au Point (RTBF), où Moureaux, toujours lui, avoue, abordant encore la note Di Rupo : “On n’arrivera pas à un accord, sans toucher tout le monde et, injustement, les plus pauvres.”

 

Guy Vanhengel, ministre fédéral du Budget, lance : “C’est l’institut Émile Vandervelde (bureau d’étude du PS) qui continue à nous servir des recettes d’il y a vingt ans. On est dans l’archaïsme…”

 

En fin de débat, Eric Van Rompuy (CD&V) lâchera : “Il faut espérer un miracle, car il y a urgence !” Un scénario que refuse Morael : “Je n’envisage pas le scénario de l’échec.”

 

Les commentaires sont fermés.