Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2011

RIK VAN CAUWELAERT (KNACK): "L'AFFAIRE DES SMS DE LETERME PEUT ÊTRE MAUVAISE POUR LUI" (PARIS MATCH 23-06-11)

Mardi 21 juin, le magazine populaire flamand Story barrait ainsi sa couverture: "Exclusif! Les 849 SMS torrides de Leterme à sa maîtresse" En page intérieure, en encadré, l'extrait d'un des textos envoyé par la mystérieuse M.V. résume l'histoire révélée par notre confrère: "Si tu n'es plus discret, pourquoi le serais-je encore?"

 

Tout part d'un message, envoyé la semaine dernière par le Premier ministre sur le réseau social Tweeter et reçu par près de 20.000 personnes. Il s'adressait ainsi à M.V.: "Peut-être que ça ne va pas. Mais tu me le diras dimanche soir? Travaillerais-tu pour Adecco?/ Si je t'en demande trop dis-le. Je ne veux pas te harceler." Pour mémoire, Leterme n'en était pas à sa première gaffe. Le 30 juin 2010, il y était déjà allé d'un premier tweet plein de sous-entendus: "Pas du tout! J'ai envie de mieux te connaître… Toi aussi?" À l'époque, les explications emberlificotées du chef du gouvernement n'avaient guère convaincu. Avec le nouveau tweet, envoyé la semaine dernière, c'en était trop, pour la rédaction de Story! Elle décidait de sortir l'affaire, justifiant ainsi la publication des mots doux de Leterme à sa maîtresse et l'interview de celle-ci: primo, leurs rencontres auraient eu lieu dans le logement de fonction du Premier ministre et secundo, celui-ci aurait tenté de pistonner sa dulcinée aux Affaires étrangères. Précisions que, joint par Het Laatste Nieuws, Yves Leterme a démenti les pseudos révélations de Story, les jugeant "totalement sans fondement." Selon lui, il n'y a pas de maîtresse, mais seulement les mensonges d'une folle. Interrogé, Dirk de Kort, bourgmestre de Brasschaat où demeure M.V., et membre du CD&V, comme Leterme, estime aussi que la femme "n'est pas mentalement équilibrée".

 

Dans son interview à Story, M.V. affirme que le Premier ministre a plusieurs maîtresses. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle a décidé de raconter son histoire. "En fait, Yves se sent très seul au poste qu'il occupe. Cependant, si on lit attentivement ses messages sur internet, on se rend compte qu'il n'est pas vraiment tout seul." À la question de savoir si elle se sent trahie, la femme répond: "En partie, oui! Il exige tout le temps de moi que je sois discrète, mais est-il discret, lui? Je n'ai jamais cru être son grand amour puisqu'il ne m'a jamais écrit "J'aimerais bien te voir" Je croyais cependant que nous étions de très bons amis. Or il apparaît aujourd'hui qu'il a beaucoup de petites amies…" M.V. déroule ensuite leur histoire. Les premiers contacts se sont fait via Facebook, après qu'elle lui a demandé de devenir son amie. "Deux jours plus tard, il acceptait. Au début, j'ai cru qu'il s'agissait d'un faut profil. Puis, comme il ne me disait jamais rien, je lui ai demandé: "Es-tu malade ou quoi? Il m'a répondu par un message privé." Yves et M. ont chatté ensemble, avant qu'il lui propose d'aller boire un café et qu'il lui envoie un MMS (un SMS avec photo), de Singapour (Ndlr: à l'époque, Yves Leterme était ministre des Affaires étrangères du gouvernement Van Rompuy). Il a été jusqu'à me proposer, via un texto: "Te voir me ferait du bien. Quand viens-tu à Hanoi? Hôtel Melia, chambre 2201." C'est alors que M.V. s'est mis à avoir des doutes sur l'identité réelle de son interlocuteur et qu'elle lui a laissé un message en ce sens. Le lendemain, elle a reçu ce SMS: "Hey M., je suis Yves Leterme. Je dormais quand tu as appelé. C'était très agréable d'entendre ta voix." Vinrent alors des coups de fil et – enfin!- le premier rendez-vous. Il eut lieu, selon la pseudo-maîtresse, dans un très grand appartement, à Bruxelles. "Nous avons bu du champagne et parlé de tout et de rien". "Durant la conversation, raconte-t-elle, il s'est approché de moi, puis nous nous sommes embrassé et cela s'est terminé au lit. Par la suite, ses SMS se terminaient toujours par des baisers." Plus tard, lorsque Leterme sera redevenu chef du gouvernement, les rencontres se dérouleront au Lambermont, résidence officielle du Premier ministre. "Vous l'avez donc vu dans son appartement de fonction?", s'étonne l'hebdomadaire. "Oui, c'était le 14 février 2010. Jour de la Saint-Valentin." "Est-il venu chez vous?", demande aussi Stoy. "Oui, l'été suivant, il est venu chez moi. Il était même assis dans le siège où vous vous trouvez", précise M.V. au journaliste, en souriant. Ce dernier en vient alors aux SMS, parfois très explicites. "Ils étaient parfois vraiment porno (sic)" Autre question: "Pourquoi Leterme fait-il cela, selon vous? Serait-il malheureux?" Réponse: "Il est parfois tracassé, mais jamais désespéré." L'interviewer insiste: "Il est marié. Vous a-t-il parfois parlé de sa femme?" "Non, jamais! Je me demande pourquoi elle reste avec lui. Par contre, il lui est arrivé de me parler de sa fille. Il m'a même montré une photo d'elle sur son Blackberry." En guise de conclusion, M.V. explique pourquoi elle s'est exprimée: "Parce qu'Yves a tout déballé et que je me suis rendu compte qu'il y avait des tas d'autres femmes que moi. Je me demande si tout cela n'est pas maladif." "Maladif?", s'étonne Story. "Oui, si vous lisez certains de ses SMS. Certains sont carrément cochons. Selon moi, le fait de conquérir des femmes lui donne des sensations fortes. Il utilise les femmes comme des kleenex." Rappelons bien qu'Yves Leterme a affirmé que ce témoignage était "totalement sans fondement" et que le bourgmestre de Brasschaat considère que M.V. "n'est pas mentalement équilibrée."

 

Directeur de la rédaction de Knack, premier hebdo généraliste de Flandre, Rik Van Cauwelaert n'a pas sa langue en poche. Mardi, quelques heures après la sortie de Story, nous lui avons demandé son avis sur l'affaire que dévoilait le magazine populaire.

Paris Match: Quelle est votre réaction, suite à ces attaques contre Yves Leterme?

Rik Van Cauwelaert: Pour ce que j'en sais, la femme qui a balancé tout cela a un cahier psychiatrique. En politique, comme dans le show-business, certains ont des groupies et il y a déjà eu un cas fort semblable à Gand.Je suis donc fort réticent. Reste que le Premier ministre a bel et bien envoyé plus de 800 SMS.

 

PM: Pourquoi cette réticence?

RVC: Je trouve bizarre que cette histoire sorte seulement maintenant, alors qu'elle date d'avant la présidence belge de l'Union européenne, ou lors de sa préparation, quand Leterme était ministre des Affaires étrangères. Cela vient un peu tard.

 

PM: Si tout cela est vrai, y voyez-vous un caractère de gravité, d'abord par rapport aux valeurs véhiculées par le CD&V, ensuite parce que cette femme aurait pu bénéficier d'un emploi aux Affaires étrangères?

RVC: Cela va bien sûr faire du tort au CD&V car il en restera toujours quelque chose. Ce n'est pas le type d'affaire qui rapporte des voix. Et aussi parce que l'on peut effectivement déduire de ces SMS qu'il aurait tenté de lui trouver un job, du temps où il était ministre des Affaires étrangères. Sans succès. D'un autre côté, c'est la preuve qu'il n'a pas forcé.

 

PM: Cette affaire n'est-elle pas l'illustration de la fin de l'histoire d'amour de la Flandre avec l'homme aux 800.000 voix?

RVC: S'il y a un fond de vérité, Leterme devra s'expliquer, c'est sûr. Mais il est trop tôt pour se prononcer.

 

PM: Peut-on imaginer qu'Yves Leterme soit victime d'un complot politique, comme certains l'imaginent en France, pour l'affaire DSK?

RVC: Souvenez-vous de l'histoire du compte bancaire au Luxembourg qu'aurait eu Didier Reynders. Cela avait été raconté par le Morgen. Or chez nous, à Knack, notre collègue Frank De Moor nous avait averti que des faux documents circulaient. La suite a démontré qu'il avait vu juste. Qui dit que ce n'est pas le cas? Pour en revenir à Leterme, il est clair que cette dame a donné les 800 SMS. Peut-être les a-t-elle proposés à d'autres rédactions…

 

PM: Ce n'est pas la première fois que le Premier ministre se retrouve dans le collimateur, pour l'envoi de SMS bizarres…

RVC: Il a effectivement cette mauvaise habitude de poster des messages que tous peuvent lire. Il devrait être plus prudent.

 

PM: Yves Leterme est-il considéré comme un gaffeur, depuis qu'il a chanté la Marseillaise, comme hymne national belge, ou après avoir posté un tweet bizarre qui pouvait être vu par tous?

RVC: Je songe à Herman Van Rompuy qui a des personnes qui exécutent ce type de travail. Ou Didier Reynders qui se contente d'annoncer le temps qu'il va faire ou de dire qu'il est en train de participer à l'Eurogroupe à Luxembourg.

 

PM: Comment le Premier ministre est-il vu, dans le monde politique, par ses collègues et par les journalistes politiques?

RVC: On se dit que, comme Premier ministre, il devrait faire plus attention. Il est fasciné par les nouveaux médias et cela prend beaucoup de son temps. Il devrait mieux s'entourer.

 

PM: Il a effectivement du mal à se contrôler. On se souvient qu'il avait lui-même appelé un journaliste de la RTBF dont il était mécontent, lui suggérant d'"aller se faire foutre"…

RVC: Qu'il soit fâché, je peux le comprendre, mais il a ce côté rancunier qui est plus étonnant et dangereux, pour lui.

 

PM: Quand on fait de la politique, faut-il être "amoureusement correct"?

RVC: Et alors?, comme disait Mitterrand.

 

PM: Un Premier ministre a-t-il encore une vie publique et une vie privée ou, en raison de son statut et du rôle qu'il joue, les deux doivent-ils être connus par l'opinion publique?

RVC: Je ne sais pas vraiment si l'on doit tout savoir. Il y a beaucoup de rumeurs qui courent, à propos d'Yves Leterme. Je crois qu'il faut protéger la vie privée. Sauf si un jour Herman De Croo nomme son cheval à un poste important…

 

PM: Faut-il craindre l'arrivée d'un journalisme à tendance anglo-saxonne, en Belgique?

RVC: Ces révélations de Story sont une première! Pour la première fois, on pénètre dans la vie privée. Il y a dix ans, on n'aurait jamais fait cela. Jusqu'à présent, on a été fort prudent. Surtout du côté francophone. Mais je vois que, ce matin, même certains de vos journalistes s'y mettent sur internet…

 

PM: Pour autant que ce soit vrai, un Premier ministre peut-il encore être crédible, après de telles révélations?

RVC: Cela ne lui fera pas de bien: il en restera toujours quelque chose.Je vous ai dit ma réticence. Surtout avec le témoignage du bourgmestre de Brasschaat. À Knack, nous avons donné l'info des SMS, sur notre site, mais pas plus…

 

PM: Croyez-vous que toute vérité soit bonne à dire?

RVC: On a déjà parlé de la vie privée. Souvenez-vous des amours de l'ancien ministre libéral Rik Daems avec la députée socialiste, Sophie Pécrieaux. Il y a aussi Patrick Dewael dont tout le monde savait qu'il sortait avec une journaliste. Personne n'a rien dit. Jusqu'à ce qu'elle l'interviewe. À Knack nous avons trouvé qu'il fallait en parler. Cependant, cela n'avait rien à voir avec les SMS de Leterme. C'est pour cela que je dis qu'on a droit à une première.

 

PM: Peut-on dire, comme pour l'affaire DSK (et même s'il n'y a aucun parallèle), que si tout cela est vrai, c'est grave, et que si tout est faux, c'est grave aussi, en raison de la situation politique en Belgique et du fait du déficit de confiance, de plus en plus important, des citoyens belges pour les hommes politiques?

RVC: Exactement! Cette affaire peut être mauvaise pour Leterme, si elle s'avère, tout autant qu'elle peut l'être pour Story, s'il n'y a rien de vrai.

 

PM: Pareille histoire aurait-elle pu sortir dans la presse francophone?

RVC: Vous n'avez pas ce type de presse qui fait du commerce avec des potins, comme Dag Allemaal ou Story.

 

PM: Jusqu'où peut aller cette affaire?

RVC: Comme il s'agit d'une première et que l'information n'est sortie qu'il y a quelques heures, je ne peux me prononcer sur les suites que cela aura…

 

PM: Que risque Yves Leterme?

RVC: Je vous l'ai dit: si tout se confirme, cela peut être grave pour lui. Mais on n'y est pas…

 

PM: Doit-il démissionner?

RVC: Dans l'était actuel de ce qu'on sait, ce n'est pas à l'ordre du jour…

 

Les SMS les moins explicites de Leterme à sa maîtresse, selon Story

"Mmmmm...; Je me sens assez fort aujourd'hui pour t'apprivoiser ;-) et le Créateur a très bien fait cela en ce qui te concerne"

 

"Oui... Tout à des côtés positifs :-) Retourne-toi... Une caresse chaude sur ton ventre, bisou"

 

"Juste parti de Genk. Football - Perdu. Je vais devoir scorer mardi :-) X"

 

"J'ai un mal de tête, ma petite chatte...x"

 

"M., si tu as envie... Je pense que dimanche après-midi j'ai quelques heures de libre (14.30 - 17.30). On pourrait faire de chouettes choses ensemble. Désolé pour le timing....X"

 

"Est-ce que cela te convient entre 13 et 15h? C'est peut-être mieux demain... Et est-ce plus sûr? Demain, je n'ai pas de chauffeur... x"

Les commentaires sont fermés.