Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/05/2011

QUE DU BONHEUR (DH du 22-05-11)

Grève à la RTBF, jeudi?

On ne voudrait pas en faire un feuilleton, mais l'affaire est là: depuis trois semaines, la CSC-RTBF menace de partir en grève pour protester contre la gestion, plutôt musclée, du service "infrastructures", par Michel Robben. À l'origine, le syndicat chrétien avait prévu que son mouvement affecterait le service public, le vendredi 6 mai. Date où était inauguré le nouveau bâtiment ertébéen, à Liège. Le lundi précédent, Jean-Pol Philippot avait désamorcé la bombe. Et voici qu'avant-hier, la CSC est revenue à la charge, via une note envoyée aux administrateurs de la RTBF. Cette fois, après une nouvelle rencontre avec l'administrateur général, le syndicat n'était toujours pas satisfait. Le CA de ce vendredi n'a rien donné: tout au plus y a-t-on rappelé qu'il revenait à Philippot d'évaluer et le cas échéant de sanctionner ses directeurs. Si ce mardi, en comité d'entreprise, le même administrateur général ne donne pas un timing précis de la réorganisation du service en question, de la définition de qui y fait quoi ou non, la CSC déposera illico un nouveau préavis, pour le 26 mai. Ce jour, à entendre le ton des délégués syndicaux chrétiens, on devrait avoir droit à une journée très musicale et à information minimum…

En haut de l'affiche…

L'autre mercredi, François De Brigode a donc présenté un débat consacré à la hausse des prix, "Tout augmente". Outre l'accueil favorable que cette spéciale a récolté, les plus fins observateurs auront remarqué l'accalmie des relations entre Joëlle Milquet et Didier Reynders, installés côte à côte. Hors antenne, le ministre des Finances a abondamment parlé du FMI. Pour rappel, c'était quelques jours avant que ne se déclenche l'affaire Strauss Kahn, mais alors que le départ de DSK se profilait déjà, because les primaires de son parti. On imagine que, depuis le week-end dernier, Reynders ne parle que de ça…

HVR: discrétion assurée

Mercredi à Shanghai, notre Herman Van Rompuy national a osé parler des droits de l'homme. Sans détour et de manière assurée. Pourtant, cette mâle et courageuse prise de position du président du Conseil européen n'a eu strictement aucune effet. Ni en Chine – il n'a pas été reconduit illico à la frontière – ni ailleurs sur la planète. Est-ce pour cela que, 48 heures plus tard, sur la chaîne Canvas (VRT), le même annonçait son souhait de rempiler à son poste. On espère pour lui qu'il aura été autrement entendu…

La phrase de la semaine

"Plus prompts aujourd'hui à s'autojustifier qu'à enquêter, hier, sur les frasques du grand homme, les journalistes se sont absous d'emblée. Et avec quelle vigueur. Pas question, entend-on, de s'ériger en procureurs ou moralistes. Résistons à cette nouvelle vague de puritanisme. "L'information s'arrête au seuil de la chambre à coucher", a professé Le Canard enchaîné. Un peu court, lorsqu'on se souvient que le patron de l'hebdomadaire satirique, Michel Gaillard, avait reconnu dans un entretien accordé à Libération que "Le Canard aurait dû, durant les années Mitterrand, ne pas dissimuler l'existence de Mazarine". Même au Canard, apparemment, la porte de la chambre est entrebâillée." (Scandaleuses impunités médiatiques, par Nicolas Beau, dans Le Monde du 21 mai)

Les commentaires sont fermés.