Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/12/2009

VAN CAU: "J'ETAIS SEUL CONTRE TOUS!" (DH, 13-12-09)


van cau.jpg

La Dernière Heure : Le nouveau président, Paul Magnette, avait dit que votre candidature à la vice-présidence était un mauvais signal…

Jean-Claude Van Cauwenberghe : Au contraire, je voyais ma candidature comme le symbole d’une réconciliation. Je ne suis pas élu, ayant fait sept voix contre 13, ce qui n’est pas mal. Et, surtout, je suis redevenu membre de l’exécutif.

DH : Vous vous attendiez à cette défaite ?

JCVC : Oui, je l’avais dit en arrivant au dépouillement.

DH : Comment expliquez-vous ce mauvais résultat ?

JCVC : Pour le poste de vice-président « homme », auquel je me présentais, il y avait 3 candidats. L’un d’eux s’est désisté, il y a peu, et toutes les forces d’en face se sont regroupées sur un même candidat. Dans de telles conditions, il n’était pas facile de gagner.

DH : Vous êtes amer ?

JCVC : Outre que cette élection s’est déroulée dans les conditions particulières que j’ai énoncées, elle fait suite à quatre années de diabolisation. Je le répète : il ne m’était pas facile de gagner dans de telles conditions.

DH : Vous remettez cette élection en question ?

JCVC : Je pourrais le faire ! Magnette a bel et bien bâti toute sa réputation sur un manichéisme : le fait que le nouveau président ait à ce point pris position contre moi mériterait l’introduction d’un recours. Évidemment, je n’en ferai rien.

DH : Vous allez conserver la même ligne de conduite ?

JCVC : Je vais continuer à me battre. Pour preuve, j’ai déjà déposé 6 points pour le prochain ordre du jour. Leurs thèmes : le port du voile, la fin des commissariats de quartier, la construction d’un stade de foot pour le mondial…

DH : Votre candidature était-elle une manière de mieux protéger votre fils, en cas de victoire ?

JCVC : Non ! De toute manière, si j’avais été élu, on aurait dit que la vice-présidence n’était pas importante, ce que Magnette avait fait avant de connaître le résultat du scrutin. Reste que le bureau compte 16 membres, dont certains me sont proches, et que la vice-présidente élue, Brigitte Fronville, a aussi son franc-parler. Je ne suis pas seul.

DH : Pas de regrets, donc ?

JCVC : Hors toute immodestie, s’il y avait autant de caméras et de journalistes ce samedi soir, c’était à cause de ma candidature. Avec ou sans casquette de vice-président, je continuerai dans la voie que je me suis fixée : je resterai vigilant!

Les commentaires sont fermés.