Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/11/2009

JAN JAMBON (NVA): "LETERME? UN PREMIER MINISTRE D'AFFAIRES COURANTES!" (DH 29-11-09)


jambon.jpg

À la NVA, on ne craint guère le PP de Mischaël Modrikamen et Rudy Aernoudt. C’est ce qu’a dit à La Dernière Heure du dimanche, Jan Jambon, chef de groupe à la Chambre. « Un parti fédéral, cela ne peut réussir, surtout en Flandre où presque plus personne n’est fédéraliste », selon lui. Quant à l’arrivée d’Yves Leterme, à écouter le même, « il n’y a rien de nouveau ». Ajoutant : « On connaît le personnage, rancunier, son programme n’étant rien d’autre que celui d’Herman Van Rompuy. » À savoir ? Pour Jambon, il y a de la stabilité d’un côté, et de l’immobilisme de l’autre. Bref, rien de joyeux ! Sa conclusion sur le sujet : « Rien ne va plus bouger, dans les deux ans à venir. » À défaut d’élections, cela va sans dire. Et de rappeler, comme beaucoup d’autres, que le nouveau Premier ministre n’a pas dit un mot sur le communautaire, dans sa déclaration au Parlement. « C’est très éclairant, fait Jan Jambon qui parle d’un Premier ministre d’affaires courantes. » Si Leterme s’est tu sur l’institutionnel, Dehaene n’en dit pas plus sur le même sujet. Silence radio donc.

Une autre question est de savoir pourquoi les avis sont plus durs du côté francophone, à propos du chef de gouvernement. « Parce que, répond le député, au sud du pays, on croit que Leterme va appliquer le programme de l’ancien cartel dont il était le créateur. Tandis qu’au nord, toujours selon lui, on se souvient des 800.000 voix qu’il a engrangées et que, s’il y a bien quelqu’un qui doit être Premier ministre, c’est lui ! »

Et l’ambiance qui aurait changé, aux dires de nombre d’observateurs, mais aussi selon Wilfried Martens ? « Ceux qui l’affirment ne peuvent dire le contraire. Si les médiateurs avaient prétendu autre chose, ils n’auraient plus été dans leur rôle. » Ce calme apparent est-il le résultat de la scission du cartel CD&V-NVA ? « Nous sommes là, et bien là, derrière le CD&V ! », toujours selon Jambon. Etes-vous donc « een stock achter de deur (un bâton derrière la porte) », pour exciter le parti du Premier ministre ? « C’est exactement cela ! », tranche le chef de file du parti séparatiste à la Chambre.

Quid enfin si, après le délai de trois mois offerts par les germanophones, le Parlement bruxellois votait dans le même sens ? « Hier vendredi, j’ai participé à une émission radio, sur les ondes de la RTBF, et mes collègues de la majorité ont précisé qu’à défaut de solution, on irait droit aux élections. À la NVA, nous ne craignons pas un éventuel scrutin, même si nous avons du mal à croire que les francophones oseraient aller jusqu’à une telle extrémité ! », conclut Jan Jambon.

Les commentaires sont fermés.