Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/11/2009

MARK EYSKENS: "WILFRIED MARTENS? UNE PERTE DE TEMPS!" (DH 22-11-09)


EYSKENS.jpg

La Dernière Heure : Que pensez-vous de la désignation de Wilfried Martens?

Mark Eyskens : Elle me surprend. Il est hors de la politique active et la problématique de BHV est très technique. De plus, Herman Van Rompuy avait déjà engagé des négociations qui lui avaient permis de trouver quelques pistes…

DH : Cette nomination par le Palais ne semble pas avoir vos faveurs…

ME : Pour moi, c’est une perte de temps. Et cela donne surtout l’impression qu’Yves Leterme est un incapable.

DH : C’est un peu humiliant pour lui ?

ME : Exactement ! Quand Jean-Luc Dehaene avait été désigné, en pleine crise, Leterme avait fulminé.

DH : Que va bien pouvoir faire Martens ?

ME : Il va rédiger une note avec trois ou quatre pistes…

DH : Sa mission sera rapide ?

ME : Elle durera trois jours, selon moi.

DH : Van Rompuy va-t-il continuer à jouer un rôle ?

ME : Certainement ! Sa désignation le renforce : au nord comme au sud, chez les socialistes comme chez les libéraux. Il est la coqueluche de tout le monde et, cerise sur le gâteau, il n’a plus rien à perdre…

DH : Vous avez évoqué des pistes pour BHV…

ME : Elles sont connues par les initiés. La première verrait un retour aux anciens arrondissements. La deuxième consisterait en une scission avec des facilités électorales pour ceux qui le souhaitent. La troisième serait une scission, avec possibilité d’inscription des six communes de la périphérie ou complémentaires. Quatrième possibilité, un droit d’inscription serait offert à tous les Belges qui le souhaitent. Enfin, une cinquième piste verrait une scission avec une réforme du Sénat : 25 élus y seraient issus d’une circonscription unique nommée Belgique.

DH : Laquelle a vos préférences ?

ME : Toute la question est qu’il faut un compromis « à la belge » : que les Flamands estiment que la scission a bien eu lieu et que les francophones puissent dire qu’il n’y a pas de scission.

DH : Le CDV a-t-il toujours la NVA derrière la porte ?

ME : Ce temps est révolu. Dans mon parti, au top, on est convaincu que l’alliance avec la NVA a été improductive.

DH : Dans les scénarii que vous avez présentés, il n’y pas d’élargissement qui est pourtant une exigence de certains francophones…

ME : Beaucoup d’études démontrent que l’impact de Bruxelles s’exerce dans 80 communes autour de la capitale. Tant en Brabant wallon qu’en Brabant flamand. On pourrait donc maintenir Bruxelles, mais l’étendre, d’un point de vue économique, aux deux brabants. J’y ajoute une idée personnelle : la création d’écoles trilingues français-flamand-anglais. La désignation de Van Rompuy y aiderait…

DH : À propos de BHV, vous avez choqué certains en parlant de « problème villageois »…

ME : Rassurez-vous, j’ai choqué des Flamands, également.

DH : C’était une simple provocation langagière ?

ME : Non ! À côté des problèmes budgétaires récurrents, de la perte de compétitivité et des classements où la Belgique se trouve au bas de l’échelle, je maintiens que BHV est un problème villageois.

DH : Un problème villageois qui dure depuis longtemps. Que pensez-vous des solutions institutionnelles datant de l’époque Martens ?

ME : Sous Martens, ce fut positif, mais sous Dehaene, on a été trop loin. Un seul exemple, les compétences internationales données aux régions…

DH : Ce que vous venez de dire n’explique-t-il pas le recours du Palais à Martens ?

ME : Sans doute. Surtout que celui-ci défend Leterme depuis des semaines. Normal donc qu’il lui prépare le terrain…

Les commentaires sont fermés.