Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/11/2009

SAGA VERBRUGGEN: PERQUISITIONS ET FUITES DE PIECES DU DOSSIER (DH 09-1-09)


VERBRUGGEN.jpg

La saga de la famille Verbruggen ne cesse de s’étirer. Pour rappel, cette affaire familiale porte sur la modique somme de 400 millions d’euros et voit Luc, un des enfants de feu le notaire Robert Verbruggen, réclamer sa part d’héritage à ses frères et sœurs. Selon lui, sa mère, aujourd’hui décédée, l’aurait privé de sa part réservataire, en signant une donation en faveur de la fratrie. Une première bombe explosait, il y a tout juste un an : le 5 novembre, très précisément, un arrêt de la chambre du conseil renvoyait Christiane, Chantal, Monique, Marc, Liliane et Jack devant le tribunal correctionnel pour faux, usage de faux, abus de confiance et escroquerie. Pour la première fois, depuis qu’il poursuivait de sa vindicte ses six frères et sœurs, mais aussi des avocats – dont son oncle, le Bâtonnier Emile Verbruggen – ainsi que des notaires et des magistrats, Luc Verbruggen obtenait satisfaction. Et voici que l’affaire vient de connaître une nouvelle avancée notable. Cela, via la demande introduite par la juge d’instruction Silviana Verstrekken auprès de la police fédérale, et plus particulièrement de M. Locatelli, responsable du bureau des affaires spéciales, afin d’établir deux P.V. « reprenant les données de deux autres P.V. retirés du dossier ». Des documents ont donc été extraits du dossier. Dans le même temps, on apprenait que l’ISI avait transmis l’affaire aux services de l’enregistrement dans le but de sauvegarder au mieux les intérêts de l’Etat. Comme pour confirmer ce point, le ministre des Finances, Didier Reynders, chargeait Me Luc Van Helshoecht, de prendre le train en marche. L’Etat belge semblait bel et bien s’intéresser au dossier. Dans un courrier daté du 2 novembre, l’avocat déclarait officiellement se joindre au demandeur, Luc Verbruggen, et réclamer, comme lui, que la cause soit attribuée à une chambre collégiale comprenant trois juges. Autre information, le 8 janvier de cette année, une perquisition a été menée chez un des avocats des frères et sœurs Verbruggen, Me de Wilde d’Estmaël. 13 pièces étaient saisies par le juge d’instruction Hervé Louveaux, en présence d’un représentant de l’ordre des avocats, Me Françoise Dubuffet. L’affaire, un rien compliquée, convenons-en, avance donc. D’autant que demain, lundi 9 novembre, Luc Verbruggen compte déposer une requête unilatérale visant à modifier une ordonnance rendue, au début de cette année. La requête vise à protéger certains documents et à empêcher les 6 frères et sœurs à aliéner ou à grever leurs actions dans diverses sociétés. Ouf!

Les commentaires sont fermés.