Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2009

MAINGAIN: "SUS AU BILINGUISME 0 BRUXELLES" (DH 31-05-09)

maingain.jpg

8%: telle est la proportion d'électeurs flamands à Bruxelles, selon le président du FDF, Olivier Maingain. Sur base des calculs du Centre d'études du parti, qui a comptabilisé les convocations électorales envoyées par les 19 communes – 538.148 en français et 49.540 en flamand –, Maingain y va de propositions hardies pour Bruxelles.

DH: Que vous inspirent ces chiffres?

OM: Cela n'a pas de sens de conserver une logique de groupes linguistiques au Parlement bruxellois, avec une surreprésentation flamande. Si l'on observe la pyramide des âges, dans dix ans, les Flamands ne représenteront plus que 5% de la population bruxelloise. Leurs partis le comprennent, qui organisent des campagnes bilingues

DH: Votre proposition est hors-campagne…

OM: Dans la campagne, l'enjeu de Bruxelles n'apparaît pas. J'interpelle donc les Bruxellois: qu'ils aient confiance en eux-mêmes, sans se faire dicter des mots d'ordre par l'extérieur! Il y va de l'autonomie constitutive de Bruxelles. Les Flamands de Bruxelles étant de plus en plus minoritaires, ils risquent de n'être plus que les relais des partis flamands de Flandre. Comme l'est Madame Grouwels

DH: Pourquoi casser la logique des groupes linguistiques?

OM: Parce que nous devons avoir une conception ouverte, comme dans les communes. Les listes y sont élaborées sur base des projets de gestion, pas sur base de l'appartenance linguistique

DH: Avez-vous déjà évoqué votre proposition au MR?

OM: Non

DH: Pratiquement, que donne votre proposition?

OM: Réduire d'un tiers le nombre de députés au Parlement bruxellois. Aujourd'hui, ils sont 89 en raison de la surreprésentation des Flamands. De même, les ministres ne seraient plus que 5 (4 francophones et 1 flamand), les 3 secrétaires d'Etat étant supprimés. La gouvernance serait modernisée. C'en serait aussi fini de la nécessité d'avoir une majorité dans chaque groupe linguistique pour certains dossiers. Sans compter que les finances seraient assainies: sait-on que les marchés publics, dont tous les cahiers des charges doivent être traduits en flamand, coûtent des centaines de milliers d'euros.

DH: Croyez-vous vraiment que les Flamands vous suivront?

OM: Je n'ai jamais conçu la politique communale en excluant un groupe linguistique et je veux qu'il en soit de même à la Région. Étant donné que le groupe linguistique flamand s'amenuise, il est temps de construire un modèle bruxellois avec une représentation politique conforme à la réalité sociologique. Pas question d'exclure les Flamands de la gestion publique. Pas question non plus que Bruxelles reste un lieu de rivalité linguistique. Je joue la citoyenneté partagée contre le nationalisme.

DH: Vous détricotez l'écheveau institutionnel belge?

OM: Non, parce que je fortifie la région de Bruxelles en passant à un modèle plus européen et plus ouvert en matière d'emploi des langues.

DH: Vous noyez les Flamands dans la masse…

OM: Dans la gestion administrative interne des communes, il y aura une langue de travail – à savoir celle qui est la plus partagée –, tandis que, dans leurs relations externes, on veillera scrupuleusement au respect de chacun, dans la diversité. C'est pourquoi je plaide pour que les Européens deviennent, non seulement des électeurs, mais aussi des candidats aux élections régionales.

DH: Qu'espérez-vous en proposant tout cela?

OM: Dès qu'on mettra des Européens sur les listes régionales, on ira vers le multilinguisme et vers la pluralité des langues et des cultures. Les rapports entre les communautés ne seront plus les mêmes car on rejettera l'idée que Bruxelles ne peut pas être l'égale des deux autres régions.

DH: Vous réservez aux Flamands de Bruxelles le sort des francophones de la périphérie…

OM: Le FDF n'est pas anti-flamand. Dans quelle commune aurions-nous jamais nié les droits intellectuels et collectifs des Flamands?

DH: Le sort des Flamands de Bruxelles est aussi lié à celui des francophones au fédéral…

OM: Le poids flamand à Bruxelles n'est pas comparable au poids francophone en Belgique. Si Bruxelles devient une référence, ce sera au bénéfice de tout le pays. Et cela décrispera peut-être les relations entre communautés au niveau fédéral…

Berchem la plus flamande, Uccle et Forest les plus francophones

Selon les chiffres de Centre d'étude Jacques Georgin, Berchem est la commune la plus flamande avec 17%, devant Ganshoren (14%). À l'opposé, Uccle et Forest sont les plus francophones puisqu'elles ne comptent toutes deux que 4% de Flamands. Entre ces deux extrêmes, on trouve Anderlecht et Evere qui totalisent 10% d'électeurs néerlandophones. La première commune de la Région, Bruxelles-Ville, a envoyé 69.775 convocations électorales en français et 9.951 en flamand, soit 12% du total.

 

 

Les commentaires sont fermés.