Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/05/2009

EN WALLONIE, ECOLO VA-T-IL PASSER DE 3 A 11 SIEGES? (DH 24-05-09)

javaux-durant.jpg

À ce jour, Dedicated Research-RTBF a réalisé des sondages dans neuf arrondissements wallons. Excepté pour Huy-Waremme, où les problèmes d'apparentement rendent le calcul plus compliqué, les sondeurs se sont aussi risqués à des projections en sièges. Avec toutes les précautions d'usage bien entendu, dans ces huit arrondissements, les résultats sont plutôt décoiffants! Pour le PS, le ressac serait impressionnant, le parti d'Elio Di Rupo n'étant assuré que de 11 sièges (il en a actuellement 34). Le MR en obtiendrait 12 (pour 20), le CDH 9 (pour 14) et Ecolo 11 (contre 3 aujourd'hui). Pour le seul Hainaut, le nombre de députés écolos passerait de zéro à sept députés! Bref, si l'on tient compte de la progression de plus de 35% d'Ecolo à Huy-Waremme et de la chute du PS et du MR dans le même arrondissement, le 7 juin, les Verts pourraient se retrouver au coude à coude, sinon devant le parti de Didier Reynders. Allez vous étonner dès lors qu'avant-hier vendredi, une réunion a été organisée entre les têtes pensantes d'Ecolo pour préparer d'éventuelles négociations d'après élections. Autour de la table, Jean-Michel Javaux, Isabelle Durant, Jean-Marc Nollet, Evelyne Huytebroeck, Marcel Cheron, Christos Doulkeridis, José Darras et Bernard Wesphael. Pas question toutefois de jouer à l'apprenti Verhofstadt qui, président du VLD en 1995, avait laissé filmer du champagne arrivant par caisses entières au siège de son parti, quelques heures avant des élections. Les libéraux n'en avaient pas moins été rejetés dans l'opposition. Pour en revenir à Ecolo, il n'est pourtant guère aisé de ne pas sombrer dans l'euphorie: ceux qui ont vu Jean-Michel Javaux être le quasi-héros de la soirée de foot, jeudi au Sporting d'Anderlecht, ne nous démentirons pas. Autre signe qui ne trompe pas: le fondateur et directeur d'Etiopia – qui est un peu à Ecolo ce que l'institut Emile Vandervelde est au PS –, Christophe Derenne, a été chargé de faire le tri des candidatures qui arrivent au parti pour d'éventuels cabinets ministériels Verts. Sans compter les probables transfuges qui abandonneront le paquebot PS. L'histoire retiendra que le premier d'entre eux fut Franco Granieri, ancien chef de file socialiste à Marchin, qui est troisième effectif écolo à Huy-Waremme. Et donc probable futur député…

 

 

 

 

QUE DU BONHEUR (DH 24-05-09)

delcroix.jpg

Pavillon belge à Shangaï: exit Urbain, coucou Delcroix!

Des téléspectateurs ont du se pincer en voyant réapparaître, dans l'étrange lucarne, le revenant Leo Delcroix. Et les noms du smeerpijp et autres scandales du Nord du pays de leur revenir à l'esprit. En fait, comme nous l'avions révélé, l'ancien ministre de la Défense et ex-secrétaire général du CVP a été appelé au secours par le gouvernement Leterme. En cause, la non-gestion du pavillon belge à Shangaï, par l'ex-ministre PS, Robert Urbain (79 ans), désigné à l'origine commissaire général du gouvernement belge près l'Expo 2010. La première étape du remplacement d'Urbain par Delcroix avait été franchie, le 30 juin dernier par arrêté royal, avec la désignation du second comme commissaire-adjoint. Or voilà qu'on nous annonce que le même Delcroix devrait incessamment être nommé commissaire général-leader par le gouvernement, sur proposition de Vincent Van Quickenborne, ministre (VLD) pour l'Entreprise et la Simplification. Exit donc Urbain, dans de peu glorieuses conditions…

Faits de campagne

-   C'est donc Jean-Pierre Dardenne (MR) qui a dévoilé, avec José Happart, le rapport de la virée des députés en Wallifornie. Le bourgmestre de La Roche est devenu un héros malgré lui. C'est ainsi que ses compagnons de liste ont donné ordre à leurs colleurs de ne pas s'afficher à côté de celle du pôvre hère. On est peu de chose…

-   La délinquance informatique s'installerait-elle, à l'occasion de la campagne? Alain Back, 30ème candidat MR à Bruxelles, était à l'origine d'un groupe sur Facebook. Et voilà que, le 18 mai, des hackers y ont accédé par effraction, détruisant l'accès à ses membres, à leur défilé et à leur impression. Le pauvre se demande si l'origine de ce piratage serait son message politique: "La bande des trois PS-CDH-Ecolo s'est satisfaite de l'administration du désastre?" Parano or not parano?

-   Le site du RWF (Rassemblement Wallonie-France) tente de faire venir à lui les petits Bruxellois. A moins que ce ne soit de l'humour. Il propose, en effet: "Bruxelles Région de France et Capitale de l'Europe". Défense de rire.

-   A son corps défendant, le grand fan des mauves et par ailleurs député écolo bruxellois, Christos Doulkeridis, n'a pu assister à Anderlecht-Standard: au moment du match, il était en Grèce pour soutenir les Verts locaux. Comme chez nous, les écolos de là-bas grimpent-grimpent. Ils espèrent avoir un député européen.

 

visart.jpgVisart and co

Certains médias se sont fait l'écho de l'avis rendu par le Conseil Supérieur de la Justice, dans l'affaire Maudoux, du nom de ce curateur accusé de faux et de détournement. Rien de spectaculaire jusque là, si l'ancien Procureur du Roi de Namur et actuel Procureur Général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, n'était au centre de la tourmente. Il aurait gelé le dossier. Si le PG a estimé, dans La Libre, que "ses instances disciplinaires avaient estimé qu'il n'avait pas commis de faute", le Conseil Supérieur de la Justice ne partage pas son optimisme. Comme l'a révélé la Libre, le CSJ estime en effet que "le ministère public a réservé à ce dossier un traitement de faveur à l'égard de Me Maudoux." Or celui-ci n'est autre que le père d'un magistrate du parquet de Namur, et donc fort proche de Cédric Visart. Tout étant dans tout, ce dernier fut autrefois chef de cabinet de Melchior Wathelet senior, mais aussi chef cab de Stefaan De Clerck. Revenu à son poste de ministre de la Justice, c'est lui qui se penche actuellement sur l'avis du CSJ. On n'ose imaginer qu'un petit accord entre amis puisse advenir…

 

R.I.P.

Décès, il y a dix jours, d'Adrien Dulait. Les observateurs les mieux avertis se souviendront qu'il fut un éphémère président de l'UDRT, dans les années 80. C'était après la mise en retrait volontaire de Robert Hendrick. Les autres l'avaient déjà oublié…

La phrase de la semaine

De la porte-parole du PS, commentant dans la presse le fait que Di Rupo fut président d'IGH (l'Intercommunale gazière du Hainaut), laquelle avait signé la convention de consultance avec Didier Donfut: "J'ai eu Elio à ce propos et de prime abord, il ne se souvenait même plus qu'il avait été président de cette intercommunale!" Non, non, ce n'est pas la… blague de la semaine!

 

Jean-Paul Procureur: "MILQUET NE DESAVOUE PAS LUTGEN" (DH 24-05-09)

procureur.jpg

Hier dans La Libre Belgique, le ministre Benoît Lutgen (CDH) annonçait la couleur: "Le contrat du CDH avec le PS se termine le 7 juin". Il disait aussi espérer une future alliance "namuroise": MR-Ecolo-CDH. En interrogeant le député Jean-Paul Procureur, nous avons tenté de savoir si Lutgen parlait en son nom propre ou si son avis était partagé.

La Dernière Heure: L'union avec le PS s'arrête donc le soir des élections?

JPP: Nous ne sommes pas liés avec les socialistes. Il s'est passé dans ce parti des choses inacceptables, comme l'affaire Didier Donfut.

DH: Le PS est devenu infréquentable?

JPP: Aucun parti n'est infréquentable! Ce qui est inacceptable, c'est que certaines pratiques ont été tolérées.

DH: Vous visez Elio Di Rupo?

JPP: Je peux difficilement croire qu'il ait été président de la société (Ndlr: qui avait passé le fameux contrat avec Donfut) sans rien savoir. Surtout que certains avaient attiré l'attention des plus hautes instances du PS: il devait donc savoir que ça allait péter!

DH: Pourquoi n'a-t-il rien fait, selon vous?

JPP: C'est la force de l'inertie…

DH: Elio Di Rupo laisse entendre qu'il y a "ça" partout…

JPP: Il n'y a pas "ça" partout! Malheureusement pour eux. Ce qui se passe est le problème du pouvoir absolu de ceux qui croient que le peuple, c'est eux. Ils ont cru que tout leur était permis. Trop de socialistes ont joué ce jeu-là: Donfut, Van Cau et d'autres moins connus…

DH: Di Rupo estime qu'on s'acharne contre le PS…

EDR: J'ai déjà entendu cela, après l'affaire Donfut. Ce n'est pas vrai: il y a eu trop d'abus. Comme journaliste, j'ai traité l'affaire Carlier: cela m'a valu une réunion du PS où l'on a voulu m'écarter du Centre RTBF Mons.

DH: Selon Lutgen, le contrat avec le PS est à durée déterminée…

JPP: Ne gonflons pas non plus ce qu'il a dit. Mais il a raison: au soir des élections, c'est l'électeur qui rebat les cartes. L'électeur est le patron!

DH: Le ministre parle-t-il en son nom propre?

JPP: Son avis n'est pas personnel. Il est partagé et j'ai déjà dit dans des interviews que, si j'avais de l'admiration pour l'idéologie socialiste à la base, elle a été reniée par certains potentats locaux.

DH: Lutgen remet en cause la stratégie "Milquet"?

JPP: Absolument pas! Il dispose d'une liberté d'expression plus grande. Je peux vous dire qu'il n'est pas désavoué par la présidente.

DH: C'est pourtant elle qui a fait échouer l'orange-bleue?

JPP: Cela se passait au fédéral où les Flamands ont voulu nous faire avaler des couleuvres. Elle a dit "non" et Reynders a été assez amorphe. Je vous rappelle enfin que c'est le Cd&V qui a été chercher le PS.

DH: Ce que Lutgen appelle de ses vœux risque d'entraîner des élections fédérales?

JPP: Certains parlent effectivement d'élections en octobre. Avec la crise, le pays n'a pas besoin de cela…