Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/05/2009

MODRIKAMEN: "LE NON SIGNIFIERAIT LA PERTE DE 5.000 EMPLOIS!" (DH 26-04-09)

modrikamen - DH 26-04-09.jpg

Mardi, à Gand, se tiendra une nouvelle Assemblée générale de Fortis. Sera-ce le chant du cygne, pour Maître Modrikamen et les autres tenants du "non"? Nous avons interrogé l'avocat…

La Dernière Heure: Vous venez de tirer vos dernières cartouches?

Mischael Modrikamen:  Avec l'approche de l'assemblée générale, nous avons d'abord effectué un rapport de fond, ce que d'autres comme Mac Kinsey n'avaient pas fait. Puis, nous avons présenté notre plan et enfin, nous avons rédigé une lettre ouverte destinée au grand public.

DH: Elle n'a guère remporté de soutien…

MM: Certains ont eu peur, en fonction de la position qu'ils occupent dans leurs sociétés. (l'avocat nous cite quelques noms…) De même, certains de ceux qui soutiennent le "oui" admettent que le "stand alone" est une bonne solution…

DH: Jeudi, à la Chambre, le Premier ministre vous a une nouvelle fois adressé une fin de non-recevoir…

MM: Là, on en était presque à l'invective. Malheureusement, personne n'a jamais accepté de discuter de nos chiffres…

DH: Pourquoi revenez-vous chaque fois à la charge en demandant de rencontrer le gouvernement?

MM: Ce dernier oublie qu'une action en nullité est pendante, mais aussi que nous avons des managers capables de gérer la banque.

DH: Vous réprouvez la déclaration du Premier ministre?

MM: D'abord, il l'a faite suite à la question d'un membre de la majorité: c'est cousu de fil blanc et c'en devient presque suspect. Il accepte de parler avec l'étranger, mais pas avec nous. J'ai l'impression que personne n'ose nous affronter.

DH: Herman Van Rompuy affirme aussi que le gouvernement n'a pas de plan "b"…

MM: Cela s'adresse à l'assemblée générale. Il prétend qu'il ne sert à rien de voter "non". Nous disons: au contraire…

DH: Que ferez-vous si le "oui" l'emporte?

MM: Nous verrons d'abord s'il y a lieu d'introduire un recours en annulation. Plus concrètement, si le "oui" l'emporte, la banque passera sous contrôle français. Ensuite, dans les mois qui viennent, on peut s'attendre à 5.000 suppressions d'emplois, sans compter que le siège s'en ira à Paris.

DH: Pourquoi ce lancinant appel à voter "non"?

MM: Ceux qui voteront "non" peuvent le faire en vue d'éventuels dommages et intérêts, en cas d'action au fond. Lundi, nous aurons la liste de ceux qui viennent voter…

DH: Vous restez optimistes?

MM: Naturellement, nous avons fait tout ce qui était possible. Voter "oui" serait une erreur historique. Pour la Belgique.

Black listage or not black listage?

Dans l'interview qu'il nous a donnée, Me Modrikamen regrette qu'une sortie ait été faite qui faisait allusion à d'éventuelles pressions, dans le dossier Fortis. Il vise un mail, envoyé par le patron d'une boîte de communication à une série de représentants des petits actionnaires. Affirmant avoir eu un contact avec le cabinet Reynders, l'auteur du mail écrit, noir sur blanc: "Les signataires d'un éventuel appel au "non" seront "blacks listés" (sic). Plus que la menace d'éventuels ennuis fiscaux, ceux qui ont reçu ce mail évoquent le danger, pour ceux qui voteraient "non", d'être ostracisés. Une affirmation gravissime qui fait songer aux pratiques en vogue dans certains pays totalitaires. Il ne s'agit pourtant que d'une rumeur parmi d'autres, depuis qu'a débuté l'affaire "Fortis".  Signalons enfin que seule l'association de défense des actionnaires a souhaité rendre ce mail public.

Les commentaires sont fermés.