Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/04/2009

MODRIKAMEN: "Le stand alone reste notre projet!" (DH 12-04-09)

modrikamen DH 12-04-09.jpg

Vendredi, une nouvelle décision de justice est tombée dans la saga Fortis. Bilan : tous les actionnaires auront le droit de vote lors de la prochaine assemblée générale du 28 avril et plus seulement ceux qui avaient une participation dans le holding à la date du 14 octobre 2008. Une défaite pour l'avocat Modrikamen qui a aussi vu la cour d'appel rejeter un recours visant à permettre aux actionnaires de se prononcer sur la possibilité d'un scénario de cavalier seul (stand alone) de Fortis Banque plutôt que de la laisser passer sous pavillon français. Au lendemain de cette déroute, rencontre avec l'avocat Modrikamen.

La Dernière Heure: Vendredi, en sortant de l'audience, vous avez admis votre défaite…

Mischael Modrikamen: Oui, elle est claire et il faut le reconnaître! Toutefois, il ne s'agit pas de "la" défaite, mais d'"une" défaite dans une affaire qui dure depuis 6 ou 7 mois.

DH: Cette fois, c'était une cour à 3 juges…

MM: Nous l'avions demandé. Reste que la décision est attristante: elle ouvre la porte à un abus de droit qui pourrait venir de BNP ou de sociétés proches: elles ne voteront pas en fonction de l'intérêt de Fortis, mais de leur intérêt propre.

DH: Cela va vous compliquer la tâche?

MM: Absolument! Pour nous, il y avait un "fair game" selon lequel ceux qui viendraient voter le feraient selon leurs mérites.

DH: D'autres regrets?

MM: La cour n'a pas mis le plan B – le "stand alone" – à l'ordre du jour! 

DH: A ce propos, où en êtes-vous?

MM: Vendredi, avant la décision, nous avions bien progressé avec une banque d'affaires. Nous avons aussi un CEO.

DH: Axel Miller?

MM: Ce n'est pas nous qui avons cité son nom. Il s'agit d'une possibilité parmi d'autres…

DH: A court terme, qu'allez-vous faire?

MM: Je vais consulter, et d'ici lundi, nous prendrons attitude pour savoir si nous continuons avec le plan B. De mes premiers contacts, je crois que ce sera positif. Nous disposons d'une force de frappe. 

DH: Encore du temps perdu?

MM: Au contraire, pour nous, il s'agit de temps gagné afin de mieux élaborer notre projet. Nous pourrons le présenter avant l'AG, même si la décision de vendredi rend les choses plus difficiles pour nous. Quant à la holding, elle pourrait devenir insolvable.

DH: C'est-à-dire?

MM: Le capital net non consolidé de Fortis holding est de 3 milliards. Si vous additionnez les pertes des produits structurés – 760 millions d'euros – et les hybrides – 2,3 milliards –, ainsi que les charges d'intérêt: vous verrez, on court vers l'insolvabilité. Surtout que l'Etat français a augmenté le capital de BNP de 5,5 milliards. Ils ont été souscrits à 5,5 €.

DH: Quid pour la suite?

MM: Quoi qu'il arrive, nous allons nous battre pour démontrer que l'affaire négociée par le gouvernement est mauvaise. J'invite les actionnaires à voter "non", en prévision d'éventuels dommages et intérêts. Ceux qui croient que c'est fini se font donc des illusions…

DH: Et la prochaine AG?

MM: Nous sommes prêts à aller en référé si BNP vient avec des puissances votantes ayant pour seul but d'influencer le vote…

Les commentaires sont fermés.