Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/04/2009

JEAN GANDOIS: "J'avais prédit la fin du bassin liégeois pour 2010!"

gandois - DH 12-04-09.jpg

Jean Gandois (79 ans) fut patron de Rhône-Poulenc et de Péchiney, avant de devenir président du patronat français. Chez nous, il s'est fait connaître lorsque Wilfried Martens l'appela au chevet de la sidérurgie: il présida Cockerill Sambre, de 1987 à 1999. Pour la DH, il a accepté de jeter son regard d'expert sur la crise du bassin liégeois. 

La Dernière Heure: Suivez-vous de près l'actualité économique, et surtout sidérurgique?

Jean Gandois: Je la suis, bien entendu, mais pas dans le détail. Concernant la sidérurgie, je n'y suis plus actif.

DH: Avec la crise chez Arcelor Mittal, on revient vingt ans en arrière?

JG: Pas vraiment! Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la crise générale est la plus grave de ces cinquante dernières années. Contrairement au passé, il s'agit d'une crise conjoncturelle majeure: les marchés se sont effondrés et les clients divisent leurs commandes par 50%. Il y a vingt ans, la crise de la sidérurgie était structurelle.

DH: La sidérurgie est toujours une des première touchée…

JG: En effet! Cela vient du fait qu'elle a pour principaux clients l'automobile, la construction ou l'électroménager. Et comme ils sont atteints en premier lieu, la sidérurgie est vite touchée.

DH: On annonce la mise en veilleuse de certains outils: faut-il vraiment croire que ce sera passager?

JG: La dépression conjoncturelle ne va pas durer éternellement: de six mois à un an, voire un an et demi. L'important est de savoir quelles seront les décisions structurelles qui seront prises, à la fin de la crise.

DH: C'est-à-dire?

JG: Prenons l'exemple de Mittal. Elle a acheté des sociétés de très mauvaises qualité. Va-t-elle les fermer en premier lieu? Ce n'est pas du tout certain. En décidant de ce qu'elle ferme, Mittal devra avoir une vision mondiale et prendre en compte des aspects économiques, mais aussi sociaux et politiques.

DH: Vous songez à un cas précis?

JG: Je pense à la Pologne. Mittal aura-t-elle le courage d'y fermer ses plus mauvaises entreprises, au risque de créer de graves problèmes politiques. En plus des arbitrages entre usines, il faudra tenir compte de contingences politiques et sociales.

DH: A vous suivre, le pouvoir politique aura son rôle à jouer?

JG: Il devra soutenir ses usines, c'est clair! Voyez la Belgique, si ses entreprises sont meilleures qu'en Pologne, les problèmes politiques et sociaux pourraient y jouer un rôle plus ou moins grand.

DH: La sidérurgie belge, c'est une mort lente?

JG: C'est difficile à dire! Il y a vingt-cinq ans, j'avais prédit que le bassin liégeois s'arrêterait en 2010. On y est presque…

DH: Vous affirmez par ailleurs que la crise économique et financière globale devrait se terminer dans un an et demi, soit aussi en 2010…

JG: Certes, mais la reprise ne permettra pas de revenir en arrière. Il conviendra d'avoir un raisonnement pour l'avenir.

Commentaires

Waouh ! Ce blog est juste comme mon ancien ! C'est sur un sujet totalement différent, mais il a peu près la même mise en page et le design. Grand choix de couleurs !

Écrit par : comment acheter maxosize | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.