Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/04/2009

QUE DU BONHEUR (DH 02-04-09)

demotte - quedub 02-04-09.jpg

A Kinshasa, Demotte a appris la patience!

Rudy Demotte est sorti tout, sauf grandi du reportage de la RTBF, le montrant, à Kinshasa, en train d'attendre vainement d'être reçu en audience par Laurent-Désiré Kabila. Alors, le président congolais a-t-il réellement fait lanterner le ministre-président wallon, comme tendaient à le montrer les images du service public? Non, non et non! Comme en témoigne un communiqué de l'agence APA, après la mise à pied du président de l'assemblée nationale, Kabila avait passé toute une journée à rencontrer son premier ministre et d'autres hauts dignitaires du régime. Le problème? Le déchu n'était pas seulement membre de l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP), mais aussi un proche de Kabila. Traduction, en termes non diplomatiques: ce dernier avait d'autres chats que Demotte à fouetter! Dommage qu'il ait manqué de temps à la RTBF pour l'expliquer…

kubla - quedub 02-04-09.jpgKubla: in vino veritas!

Mercredi en fin de journée, lorsqu'ils ont appris la manière dont Serge Kubla avait évoqué l'avenir de Reynders en cas d'échec du MR aux régionales, beaucoup se sont tapé le front au moyen de l'index. Le moment était-il bien choisi? Certes, les témoins des confidences du Waterlootois notaient qu'il s'était exprimé en toute, toute fin de repas – ses collaborateurs ont trouvé qu'il y avait été trop fort! –, mais cela n'explique pas tout. Surtout que, quarante-huit heures plus tôt, le même avait déjà allumé une mèche en exposant ses exclusives pour une éventuelle majorité wallonne. Lorsque, en fin de journée, après une réunion avec ses conseillers, Reynders a téléphoné au bavard, lui demandant tout de go: "Ainsi, tu as clairement demandé ma démission?", c'est une voix un rien hésitante qui lui a répondu. Laissons la conclusion à une fine lame du MR: "Kubla ces temps-ci, c'est "in vino veritas"!

fabienne vande meerssche - quedub 02-04-09.jpgLe gâteau d'annif plus cher en bougies qu'en gâteau (© Coluche)

Lors de la préparation de l'émission de la RTBF sur le scrutin européen, présentée par Fabienne Vande Meerssche, il avait été demandé aux membres de l'équipe de fournir leur date de naissance. Sans cela, impossible de disposer du sésame donnant accès au Parlement européen, où se déroulait "Vivre avec ou sans l'Europe". "Pas question!", avait tempêté la présentatrice qui n'avait rien voulu savoir lorsqu'on lui avait dit qu'elle risquait d'avoir des problèmes. "Vous verrez, je me débrouillerai…", promit-elle. Non mais, une star de son rang n'a pas besoin d'un badge, fût-ce dans un des bâtiments les plus sécurisés de la capitale de l'Europe. Comme elle ne voulait rien entendre aux suppliques de ses collègues, ceux-ci n'ont eu d'autre recours qu'à se procurer le pedigree de la belle auprès du service du personnel. C'est là qu'ils ont compris l'énergie mise par Fabienne pour conserver secrète l'information: le 25 août prochain, elle quittera la tranche des quadras. Mais chut, ne le répétez surtout pas…

André Antoine, nerveux comme un saut de puce!

André Antoine (CDH) n'aurait sans doute jamais imaginé que ses décisions en matière de "sauts de puce" iraient jusqu'à lui valoir la célébrité, au parlement fédéral. C'est ce qui est arrivé, mercredi, à l'occasion d'une question du député MR, Jean-Luc Crucke, au ministre fédéral du Climat et de l'Energie, Paul Magnette (PS). Dans sa réponse, le socialiste a décrit par le menu les escales du dossier des vols Liège-Charleroi à destination du Maroc. Pour faire bref, côté wallon, Antoine a d'abord interdit ces vols avant de revenir en arrière, tandis qu'en Flandre, on en viendrait presque à interdire annuellement plus de 400 vols. De quoi faire dire à Crucke: "La logique environnementale s'estompe dès que la frontière linguistique est franchie." Amen.

fluide-glacial-belge - quedub 02-04-09.jpgLa phrase de la semaine

Si les Belges utilisaient le quart de l'énergie qu'ils dépensent dans leurs bisbilles linguistiques à soigner leur produit intérieur brut, ils seraient les plus riches du monde. Nous, petits Français, on n'imagine pas le temps, l'intelligence, la ruse, l'inventivité, la pugnacité et le travail sacrifiés dans l'unique but de faire la nique à leurs compatriotes ennemis, pour ne pas céder un millimètre de terrain face à la prétendue volonté hégémonique de l'autre. (Fluide glacial, spécial Belgique).

Les commentaires sont fermés.