Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/03/2009

PASCAL VREBOS: LE DECHETTISME (PM 05-03-09)

vrebos - PM 05-03-09.jpg

Présentateur de Controverse et de l'Invité sur RTL, animateur de Bel RTL soir avec Barbara Mertens, écrivain et dramaturge prolifique, professeur au Conservatoire de Bruxelles, à l'Académie des Beaux-Arts et à l'Institut Cooremans, Pascal Vrebos est un hyperactif. Si ses activités professorales et radio-télévisuelles sont regroupées à Bruxelles, c'est sur l'île de Patmos qu'il rédige ses œuvres littéraires et théâtrales. Il y a deux ans, lors d'une promenade au bord de la mer Egée, il eut l'idée de créer des sculptures faites de déchets, trouvés sur le sol. Le "déchettisme" était né. Lorsque Pascal Vrebos fit voir ses premières œuvres au galiériste Isy Brachot, celui-ci fut enthousiaste et prit date avec l'artiste. Tous deux ont tenu parole. Dès le 12 mars, les amateurs d'art moderne pourront découvrir une quarantaine d'œuvres du déchettiste Pascal Vrebos.

Paris Match: Quelle est l'origine du déchettisme?

Pascal Vrebos: Né du hasard d'une promenade, le déchettisme consiste en des œuvres dans lesquelles je crée un lien entre des objets qui n'auraient jamais dû se retrouver ensemble. C'est un autre hasard. Il y a aussi une part d'expérimentation dans mon travail, une part de recherche.

PM: Le déchettisme, c'est un cri?

PV: C'est le signe d'une société complexe. Il vise à revivifier – au sens de "redonner vie à" – des éléments usés et apparemment destinés à être jetés. Ceux-ci se retransforment en nouveaux signes d'une société. Je suis professeur de sémiologie à l'Académie des Beaux-Arts, c'est-à-dire que j'apprends à mes étudiants à savoir décrypter les signes du langage. Le déchettisme va dans ce sens…

PM: Vos sculptures sont des témoins?

PV: C'est tout à fait ça! Mais ce sont aussi des indices, voire la refonte d'un gaspillage systématique.

PM: Personnellement, vous ne jetez jamais rien par terre?

PV: Jamais! Je suis toujours choqué par les gens qui jettent des choses sur le sol. J'ai été aux îles Galápagos: on y est étroitement surveillé, on ne peut rien jeter. Sans cela, ce serait ingérer par les animaux. On se trouverait face à l'effet "papillon"…

PM: Concrètement, comment créez-vous vos œuvres?

PV: A Patmos, lors de l'écriture d'une de mes pièces, "L'éprise", j'ai ramassé des déchets et me suis mis à les assembler dans mon garage, à raison de deux heures et demie par jour. Je vous passe mes essais ratés et mes tentatives de découvrir la colle la plus appropriée pour en arriver à la première sculpture que je parvins à créer et qui me plut. Elle est d'ailleurs toujours chez moi, à Patmos…

PM: Vous êtes bricoleur?

PV: Non pas du tout! Ma femme dit que je ne suis pas capable de planter un clou. Je me souviens d'une planche de toilettes que j'ai tenté de réparer: j'ai brisé le WC, provoquant une belle inondation 

PM: Le déchettisme, ce n'est pas un assemblage d'ordures?

PV: Les ordures sont faites pour être mises à la poubelle et je ne fais pas les poubelles, si c'est ce que vous me demandez. Mes œuvres tiennent à la fois de la métonymie et de la métaphore. Elles ne sont ni belles ni laides.

PM: Vous réanimez ce que vous trouvez par terre?

PV: Exactement! Je crée quelque chose qui se veut poétique, mais aussi parfois grotesque, étonnant…

PM: Vos œuvres sont aussi vivantes?

PV: Elles sont parfois faites de choses jetées par terre qui se sont transformées. Ainsi, des mousses industrielles dont l'aspect s'est modifié, au cours des ans. Elles ont été patinées. Mes sculptures ont toutes une histoire. En quelque sorte, je prends les déchets à rebours pour en extraire un nouveau suc.

PM: L'humour n'est pas absent du déchettisme?

PV: Lorsque je transperce une canette au moyen de deux cigares, je donne presque un visage humain à mon œuvre.

PM: Vous incluez parfois des os à vos créations?

PV: Non! Cependant, nous sommes tous de futurs déchets. À sa mort, l'être humain n'est plus un sujet, il devient un objet.

PM: C'est pourtant une vision de la vie?

PV: En soi, un déchet n'est pas laid, mais il comporte comme une nudité, sans être le néant. Le déchettisme se déchiffre. Comme l'a dit Rembrandt: "Je trouve des rubis et des émeraudes sur un tas de fumier". J'aime beaucoup cette phrase. Reste que j'ai toujours été amateur d'art contemporain: Fontana, le cubisme, le tachisme, l'art brut… Sans compter Andy Warhol qui a dit: "J'ai toujours pensé qu'il y avait beaucoup d'humour dans les restes."

PM: Dans la peinture classique, les natures mortes montrent aussi des déchets…

PV: Les fleurs fanées, les fruits sont effectivement des déchets. Cependant, je n'aime guère les natures mortes.

PM: Vos œuvres sont souvent composées de boîtes de cigares, de paquets de cigarettes…

PV: Je suis moi-même fumeur de cigares. Le tabac est un des aspects de notre civilisation.

PM: Avez-vous rencontré des hommes qui étaient des déchets?

PV: Hélas, oui!

PM: A ce propos, on dit parfois d'un homme qu'il est un "déchet humain"…

PV: Dans un de ses romans, Zola parle d'un ivrogne, tellement imbibé d'alcool, qu'il s'enflamme. Il s'agit d'un déchet humain, mais pris dans son sens morbide. Le déchettisme ne va pas dans cette direction.

PM: La télé-réalité est une télé-déchet?

PV: Je ne regarde guère ce type de programmes, ce n'est pas ma tasse de thé. Cependant pour moi, votre question n'a pas beaucoup de sens. Je le répète, je ne conçois pas le déchet comme quelque chose de négatif. Je dirais plutôt d'une émission qu'elle est un déchet si elle est vieille et qu'on ne la repasse plus.  

PM: Le déchettisme est-il un art écologique?

PV: Les écologistes ont tiré la sonnette d'alarme. La planète terre est endéchettisée. Elle est même entourée d'une ceinture d'ordures: des déchets cosmiques qui tournent autour d'elle. Le déchettisme pose un problème politique: que doit-on faire des déchets? Lorsque l'homme invente quelque chose, il ne réfléchit pas à la manière dont on pourra s'en débarrasser. Le déchet est un bouc émissaire, une souillure…

PM: Il s'agit aussi d'une réflexion philosophique?

PV: Oui! Pourquoi l'homme fabrique-t-il tant de déchets? Pourquoi ne les recycle-t-il pas tous? Le déchettisme invite les gens à réfléchir sur eux-mêmes, sur le monde…

PM: Vos œuvres sont bien propres…

PV: J'y laisse parfois du sable, des restes d'huile.

PM: On n'y trouve pas de guano…

PV: Ce n'est pas encore arrivé. Si je mettais des excréments dans mes sculptures, elles seraient plus choquantes. Mais ce n'est pas mon but.

PM: Créez-vous aussi, lorsque vous êtes à Bruxelles?

PV: Oui, mais mes œuvres sont alors plus urbaines.

PM: Quelle est la différence entre créer une pièce de théâtre ou une sculpture?

PV: Quand j'écris, je vis une certaine angoisse: comment les gens vont-ils réagir lorsque ma pièce sera jouée devant eux? Mes œuvres sculptées sont un type de création qui ne procure pas de stress: chacun les juge lorsqu'il se trouve seul, face à elles.

Vrebos, un village près de Louvain

Quand il se rend en voiture à RTL, il arrive fréquemment à Pascal Vrebos de croiser des bus qui indiquent son nom comme destination. Le CEO de la chaîne privée, Philippe Delusinne, lui a déjà fait remarquer avoir fait la même constatation. Il y a deux ans à l'occasion de son anniversaire, l'animateur a été invité par sa femme dans un restaurant à Vrebos (sans accent sur le "e", comme son patronyme), près de Louvain. Une heureuse surprise…

Alycia Vrebos a presque 15 ans. "Lorsque je lui ai montré mes œuvres, dit son père, elle a d'abord été sceptique, optant pour la moquerie. Un peu plus tard, elle m'a pourtant demandé de pouvoir en mettre une dans sa chambre." Et de poursuivre: "À Patmos, les ados qu'elle invite observent mes œuvres de manière intéressée…" Comprendriez-vous que quelqu'un n'apprécie pas du tout le déchettisme, "Bien sûr! Mais je lui demanderais pourquoi. J'en discuterais avec lui…"

Commentaires

Une canette dans l’œil
Cher monsieur Vrebos, le but de cette lettre n’est pas de critiquer votre façon de voir les choses ou votre notion du beau car celle-ci est différente pour chacun et heureusement …
Ce que je vous reproche ici c’est qu’on a l’impression que vous vous êtes baladé dans une décharge, que vous avez pris quelques déchets pour essayer tant bien que mal de les assembler (au petit bonheur la chance) en espérant que quelqu’un y reconnaisse quelque chose, sans quoi vous accompagneriez ces créations d’arguments métaphysiques « bidon » à la Jean-Claude Van Damme.

Ce qui m’amène à penser que vous avez beaucoup d’humour car vendre des canettes collées entre elles par un bout de chewingum préalablement mâchouillé, vendues au minimum à 350 euros alors qu’on paie déjà une petite fortune pour les sacs PMS, c’est se moquer du monde, on peut dire que c’est de
« l’Art-naque ».
Vous ne pouviez pas acheter des sacs bleus comme tout le monde ?
Cela dit, comme je vois que cela marche bien pour vous et vos œuvres, je vais faire un petit détour en Grèce cet été, histoire de trouver de l’inspiration.
Qui sait si je ne gagnerais pas énormément d’argent en créant une sculpture avec des gommes empilées les unes sur les autres le tout accompagné d’un paquet de frites, ayant pour slogan :
« Si t’as la patate, mets la gomme »

Une question m’obsède néanmoins : quel genre de restaurant fréquentez-vous pour y trouver l’idée de mettre des coquilles d’œufs avec de vieux mégots de cigarettes et en plein milieu un vieux slip sale?
Loin de moi l’envie d’y aller, même pour un arrêt pipi!!!
Cela étant, même si je me doute que la démarche soit purement commerciale,
je trouve intéressant le fait de s’exprimer de cette manière.
Chacun son truc après tout et qui sait si dans 150 ans on ne montrera pas vos œuvres avec fierté.
Les gens diraient par exemple : admire ma collection d’œuvres, c’est du Grand Vrebos du début du XXI.
L’œuvre serait entourée d’un amoncellement de bric à brac dont un vieux dentier sous lequel on pourrait lire : « l’art ne manque pas de mordant ».

Voilà que j’arrive à court d’idées (un peu comme vous visiblement) il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter bon courage pour la suite.
Pour ma part, je retourne dans mon garage découper des formes géométriques dans de vieilles chaussettes trouées.

Écrit par : L’Art-rit Laboîte | 11/06/2009

marrante, cette réaction et bien torchée ! mais voilà un discours typiquement réactionnaire, banal, attendu que l'on retrouve à toutes les époques de l'histoire des arts , c 'est plutôt bon signe pour le Vrebos qui cumule les handicaps: il est connu, créatif, lucide et intelligent! Le pauvre....

Écrit par : rené lardinois | 22/06/2009

Bonjour! J'aurais juré j'ai été sur ce site avant, mais après avoir traversé quelques uns des articles j'ai réalisé que c'est nouveau pour moi. en tout cas, je suis certainement heureux je suis tombée dessus et je vais faire un bookmarking.

Écrit par : maxosize temoignage | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.