Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/03/2009

QUE DU BONHEUR 08-03-09

van rompuy - quedub 08-03-09.jpg

Van Rompuy devant la commission ?

Mardi, au lendemain de la comparution de Ghislain Londers devant la commission parlementaire sur la séparation des pouvoirs, Herman Van Rompuy déjeunait avec le top de son gouvernement. À en croire certains, le Premier ministre n’était guère à l’aise. En cause, la révélation, par le Premier président de la Cour de cassation lui-même, que Van Rompuy, alors Président de la Chambre, n’avait pas transmis l’ensemble des documents que Londers lui avait fait parvenir, entre les 17 et 19 décembre derniers. Traduction, l’actuel Premier ministre aurait conservé la page de couverture sur laquelle son correspondant affirmait – sans commenter l’information – que le dossier judiciaire Fortis ne se trouvait pas au greffe du tribunal, mais bien au cabinet du ministre de la Justice, Jo Van Deurzen. Nul doute que Londers n’avait pas fait cette remarque par hasard. Au sein de la commission, en prenant connaissance de l’intégralité des missives à Van Rompuy, certains se sont étonnés que le second ait gardé par devers lui la page contenant ce passage. Cela pourrait-il valoir au Premier ministre une comparution devant la commission ? À observer sa moue, mardi midi, d’aucuns l’ont cru…

Vice-Premiers aux abonnés absents !

L’Open VLD Bart Tommelein n’en est pas à une surprise près. Dernier sujet d’étonnement du président de la commission parlementaire sur la séparation des pouvoirs : en fin de semaine, sur les quatre vice-Premiers ministres de l’époque Leterme auxquels il avait écrit pour les avertir qu’ils seraient auditionnés, trois ne lui avaient toujours pas répondu. En prenant connaissance des déclarations des uns et des autres, Tommelein aura certes appris que Joëlle Milquet n’avait « aucune opposition de principe à apparaître devant la commission », tandis que le PS y enverrait Laurette Onkelinx pour ne pas laisser Didier Reynders être le seul à y aller, tandis qu’il en ira sans doute de même pour Patrick Dewael, ex-vice-Premier et actuel président de la Chambre. Fort bien ! Tout cela n’explique cependant pas le manque de réaction officielle à l’invitation du président de la commission. À moins que la dernière grève de la Poste…

clerfayt - quedub 08-03-09.jpgDu baume au cœur pour Clerfayt

Mardi soir, sur le coup de 20 heures, Bernard Clerfayt fêtait ses 20 ans de vie politique, à Schaerbeek dans la salle de « La Savonnerie ». Le bourgmestre local et secrétaire d’Etat fédéral y alla d’un discours où se mêlaient anecdotes et remerciement à ses amis, mais c’est surtout le speech d’Olivier Maingain qui retint l’attention. Par deux fois, et sans détours, celui-ci annonça que Clerfayt serait « le futur président du FDF. » Sans doute une manière de mettre un peu de baume sur la cicatrice d’amour-propre du Schaerbeekois, lui que la direction du MR aurait bien vu tirer la liste du parti, aux régionales de juin. Selon la direction du boulevard de la Toison d’or en effet, le tombeur de Laurette Onkelinx aux communales de 2006 était le seul à pouvoir rivaliser avec le champion du PS, Charles Picqué. Las pour Clerfayt, on le sait, c’est au sein de son propre clan, et plus particulièrement du duo Maingain-Gosuin, qu’on a refusé cette idée. Question de susceptibilité générationnelle, sans doute…

Reynders au MCC : on se calme !

Si, lundi à Mariembourg, il fallut un quart d’heure au président du MR pour enterrer la hache de guerre avec le FDF, ce fut plus lent pour ce qui concerne le MCC. Prenant la parole, la députée fédérale Marie-Christine Marghem y alla franco. Pas le temps pour elle cependant d’enfiler la litanie de ses reproches à l’égard de Didier Reynders. La coupant net, celui-ci rappela que le MCC recelait les deux seuls inculpés du MR : Gérard Deprez, pour l’affaire dite « des fantômes des cabinets PSC » et Richard Fournaux, pour le dossier du Casino de Dinant. « Je me suis toujours gardé de demander à l’ancien président social-chrétien de faire un pas de côté, me contentant de lui suggérer d’être discret ! », poursuivit le Liégeois. Un ange passa, emmenant sur ses ailes l’échevin MR Philippe Sonnet, sommé de s’en aller fissa, une fois connus ses déboires avec le fisc. Quant aux pseudo manques d’égards du MR envers le MCC, Reynders revint sur la manière peu amène dont il avait été invité à ne pas participer au dixième anniversaire du Mouvement des Citoyens pour le Changement, fin 2008. Je vais même vous rafraîchir la mémoire, ajouta-t-il : « On avait été jusqu’à me suggérer d’envoyer une lettre d’excuse qui serait lue aux militants ! » Un comble !Une fois ces deux scuds lancés, les plus offensifs des parlementaires MCC remballèrent leurs arguments et l’atmosphère se fit plus sereine. De quoi rendre plus cocasses les propos apaisants de Marie-Christine Marghen, à sa sortie de la réunion … 

janssen - quedub 08-03-09.jpgDaniel Janssen : les choses de la vie !

À chacun ses soucis. Président honoraire de la FEB et ancien président du comité exécutif de Solvay, le baron Daniel Janssen est particulièrement tracassé et le fait savoir. Déprimerait-il à cause de la baisse de ses actions Fortis ? S’inquièterait-il des coups de boutoir assénés par Me Modrikamen contre l’accord entre le gouvernement belge et BNP Paribas ? Vous n’y êtes pas tout ! L’autre jour, le grand homme a tout simplement été surpris, dans un célèbre salon de coiffure de l’avenue Louise, alors qu’il se posait ouvertement des questions métaphysiques sur l’avenir de sa belle moustache. Et d’expliquer qu’il passerait bientôt sur le billard pour des problèmes de sinus, ce qui le contraindrait à raser son cher appendice. On est peu de chose…

La phrase de la semaine

De Joëlle Milquet, lors du dernier « Répondez @ la question », présenté par François De Brigode et Johanne Montay :  « J'ai toujours décidé collectivement (…) Dans ma vie personnelle, j'ai beaucoup de difficultés à dire " non", notamment à mes enfants…"

Les commentaires sont fermés.