Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/03/2009

MISCHAEL MODRIKAMEN: "IL ME RESTE DES CARTOUCHES!"

modrikamen - DH 08-03-09.jpg

La Dernière Heure : Que pensez-vous du dernier accord Fortis ?

Mischael Modrikamen : Il n’apporte rien de neuf. Ni pour les actionnaires, ni par rapport à la dernière AG !

DH : Et d’une manière plus globale ?

MM : En termes d’intérêt général, je n’y vois aucune amélioration. Pire, les choses s’aggravent. Je suis inquiet pour l’emploi : l’accord n’en parle pas et, au mieux, seule une « inside letter » l’évoque.

DH : Les Français sont rassurants…

MM : Je rappelle que, dans le cas de figure du « stand alone » et selon ce qu’on sait du rapport Mac Kinsey, on parle de départs naturels. Or, s’il y a des économies, elles se feront à Bruxelles. Je songe à la salle des marchés, au back office… 

DH : Il ne fallait pas choisir BNP Paribas ?

MM : Jeudi, le Monde avait un titre, du genre « Les Belges s’agenouillent devant Sarkozy ! »

DH :  N’avez-vous pas le sentiment d’être de plus en plus seul ?

MM : On assiste à un grand jeu de rôle. En privé, le top de la banque affirme préférer un « stand alone », tandis qu’en public, il dit autre chose.

DH : Qu’allez-vous faire ?

MM : Nous serons logiques avec nous-mêmes : lors de l’AG d’avril prochain, nous voterons « non » !

DH : Le « non » risque pourtant de ne plus passer…

MM : Si les fonds spéculatifs votent – l’accord leur fait gagner un peu –, dans ce cas, le « oui » risque de passer. Au détriment des actionnaires historiques.

DH : Vous ne pourrez rien y faire…

MM : Si telle est l’intention, nous irons en référé pour que les conditions de vote soient les mêmes que lors de la dernière AG.

DH : Le front des actionnaires ne semble plus uni…

MM : Je sais qu’il y a des voix divergentes, ou que Deminor est circonspect. Selon mes informations, Ping An reste en faveur du « non ». 

DH : On vous sent confiant…

MM : Je réfléchis et je peux vous dire que je n’ai pas encore tiré toutes mes cartouches. Il me reste encore quelque chose d’étonnant…

DH : Une chose étonnante ou détonante, comme les cartouches ?

MM : (il rit) Les deux !

DH : Vous allez continuer à vous attaquer à l’Etat ?

MM : Ce même Etat n’a jamais voulu négocier. Nous l’avons attaqué via la Justice et voilà qu’il nous replace les plats. Certains oublient qu’une banque est comme le cœur et le sang qui circule : en cédant Fortis à BNP Paribas, on se prive de l’organe qui contrôle 40%. Bientôt, il faudra aller à Paris… 

DH : Vous ne regrettez rien ?

MM : Ce que je fais vaut la peine ! Je ne plierai pas !

DH : La période électorale a commencé…

MM : L’Etat a une vue à court terme, pas les actionnaires. Certains politiques nous vomissent car nous mettons des grains de sable dans les rouages qu’ils ont huilé.

DH : Savez-vous pourquoi ils refusent de négocier ?

MM : Il y a peu, Madame Milquet a dit que j’étais un « avocat médiatique » : les politiques seraient-ils les seuls à pouvoir s’exprimer dans les médias ?

DH : Croyez-vous que le gouvernement fait front commun ?

MM : Au sein du kern, se déroule un jeu pervers. Certes, le « stand alone » comporte des risques, mais la situation des banques va s’améliorer…

Commentaires

LE DOSSIER N'EST PAS FINI. C'EST L'ENCULE DE SARKO QUI EST DERRIERE. IL A CONDITIONNE L'AIDE POUR SAUVER DEXIA A CONDITION D'OFFRIR SUR UN PLATEAU FORTIS BANQUE BELGIQUE A LA BNP. QUID DES 15.000 SALARIES FORTIS TRAVAILLANT DANS LES FILIALES ETRANGERES QUI FERONT INELUCTABLEMENT DOUBLONS AVEC CELLES DE BNP.

Écrit par : LUC | 09/03/2009

Les commentaires sont fermés.