Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/01/2009

QUE DU BONHEUR 25-01-09

 

milquet - quedub 25-01-09.jpg

Accueil des enfants de Gaza: le gouvernement a recadré l'aide…

L'autre mercredi en kern, on avait eu droit à un débat intra-francophone concernant l'aide à apporter aux enfants de Gaza. Les Ménapiens observèrent la scène d'un œil goguenard. En fin de réunion, il fut demandé à Joëlle Milquet de préparer une note récapitulative. Certains reprochaient en effet à la vice-Première de vouloir jouer en solo. Avant-hier vendredi, au conseil des ministres, la note était prête, mais la CDH était absente: on la disait en Tchéquie, après avoir assisté (en famille?) à la prestation de serment du président Obama. Comme nous l'a confié un ministre, "on a remis un peu d'ordre". L'aide aux enfants de Gaza a été recentrée puisque c'est la Croix-Rouge qui mènera le bal et ouvrira un compte spécial. Au lieu d'hébergement initialement situé à Yvoir, un autre, proche de la capitale, sera préféré. Quant au gouvernement, ce sont des budgets puisés aux Affaires étrangères – en matière d'urgence – et à la Santé qui seront utilisés pour l'accueil des enfants arrivés chez nous pour se faire soigner… 

 

cédric visart - quedub 25-01-09.jpgCSJ: tempête dans un verre d'eau bénite…

Né de l'affaire Dutroux, le Conseil Supérieur de la Justice a une mission essentielle: combattre la politisation de la magistrature. Les remous qui le secouent n'en sont que plus relevants. Un de ses membres, Vincent Macq, vient en effet de quitter l'institution pour rejoindre le cabinet de ministre CD&V de la Justice, Stefaan De Clerck. Ce départ pose d'autant plus problème que Macq avait fait campagne sur l'indépendance de l'institution. Ajoutez-y que le même est le fils de l'ancien recteur de l'UCL et qu'il est très, très proche du Procureur général de Liège, Cédric Visart de Beaucarmé: vous aurez compris pourquoi l'aile laïque, voire légitimiste du CSJ, avale avec peine ce départ. "Comme signal de dépolitisation, il y a mieux", chuchote-t-on. D'autres pointent le fait que Paule Somers, épouse d'un autre membre, Pierre-André Wustefeld, est chef de cabinet adjointe du même ministre de la Justice. Rien d'illégal, bien entendu, mais un peu limite. Autre élément de malaise, un troisième chrétien de l'institution, Geert Vervaeke, a été surpris à envoyer des sms, pour suggérer à ses correspondants de l'aider à composer au mieux la commission qu'il présidait. On peut vous l'assurer, au bureau du CSJ, l'ambiance est chaude, chaude…

 

dehovre - quedub 25-01-09.jpgLa SRIW: cherche président

Le 31 juillet dernier, décédait Jean-Claude Dehovre, président du conseil d'administration de la SRIW. C'était il y a presque six mois et, depuis, on ne lui a toujours pas désigné de remplaçant. Certes, la Société régionale est dirigée de manière collégiale, mais l'absence de patron commence à faire jaser. À l'origine, certains auraient bien vu le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), occuper le poste. C'était lui faire beaucoup d'honneur, mais le socialiste se sent fort bien à sa place. "La page est tournée", comment-t-il. Il n'empêche, c'est à lui qu'il revient de trouver un remplaçant à Dehovre et de présenter son candidat au gouvernement. Pourquoi ne voit-on toujours rien venir? Marcourt clame qu'il a du mal à trouver la perle rare. D'autres insinuent que le combat fait rage, au sein du PS, pour désigner l'heureux-z-élu. Toujours est-il que, dans la période de crise actuelle, la nomination d'un nouveau président ne serait pas malvenue…

 

demotte - quedub 25-01-09.jpgDemotte: à vouloir être trop précis…

Mardi au Parlement de la Communauté française, Rudy Demotte (PS) répondait à une question de Philippe  Fontaine (MR) sur le statut de Jean-Denis Lejeune à la Délégation générale aux droits de l'enfant. On ne reviendra pas sur le débat de fond. Dans son plaidoyer, le ministre-président a avancé l'existence d'un arrêté royal du 22 décembre 2002 fixant le statut des agents de l'Etat et applicable au personnel des entités fédérées. Or cet arrêté n'existe pas! En cherchant, on trouve bien un arrêté du 18 décembre 2002, mais il ne concerne que la Chancellerie du Premier ministre. Reste alors un arrêté du 19 décembre 2002 relatif au délégué général aux droits de l'enfant: il crée le cadre de la délégation, prévoyant que seul un universitaire peut obtenir le rang 1, tout en permettant d'utiliser l'ancienneté d'un agent pour calculer sa rémunération. On est loin des explications avancées par Rudy Demotte…

 

faljaoui - quedub 25-01-09.jpgLe Vif: marche ou grève!

C'est à fin 2002 qu'il faut remonter pour comprendre les remous qui agitent aujourd'hui la rédaction du Vif. À l'époque, le grand patron du groupe Roularta, Rick De Nolf, avait tenté de bombarder Amid Faljaoui à la tête de l'hebdo. Alors rédac chef de Trends, l'ex-futur rédac chef avait rencontré la rédaction. Il fut face à une sorte de tribunal du peuple: les plus agressifs lui reprochaient de n'être pas journaliste estampillé et de se faire rémunérer via une sprl. S'il dut renoncer, Faljaoui passa à l'étape deux de son plan: obtenir la tête des hebdos francophones du groupe, devenant de facto patron de la rédaction rebelle. Rick De Nolf le remerciait ainsi de lui avoir ouvert certaines portes à Paris. Les contempteurs les plus violents de Faljaoui reçurent un C 4 dans leur boîte aux lettres. Les événements actuels ne sont que la suite de ceux de 2002: jeudi, en remerciant 4 journalistes d'un coup sec – leurs bureaux ont été fermés à clé, ils ont dû s'en aller dans l'heure et leurs préavis ont été calculés au plus serré –, Faljaoui continue son oeuvre. Sachant qu'en 2002, il voulait faire appel à des free-lances pour sortir Le Vif, grève ou pas, on se dit que le conflit n'est peut-être pas terminé…

mestrallet - quedub 25-01-09.jpgLa phrase de la semaine

"250 millions d'euros, c'est 42 % des résultats de la partie belge d'Electrabel. La Belgique, pour nous, c'est devenu moins important que le Brésil et le Moyen-Orient." (Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez qui refuse de payer les décisions gouvernementales.)

 

 

AIDE AUX BANQUES: LE DESARROI DES BELGES

Claude Javeau - DH 25-01-09.jpg
Mercredi, le gouvernement flamand décidait d'apporter une aide de deux milliards à la KBC. Ces aides étatiques seront-elles sans fin? Nous avons demandé son avis au sociologue Claude Javeau.

La Dernière Heure: Certains commencent à s'élever contre le fait que l'Etat aide les banques…

Claude Javeau: Je les comprends! D'autant que l'argent utilisé vient soit de la planche à billets, soit d'un accroissement de la dette publique, soit d'un enrichissement de l'Etat.

DH: Sentez-vous ce mouvement à l'égard de l'aide de l'Etat aux banques?

CJ: Je ne le sens pas trop. Mais je ricane surtout du fait que les économistes n'avaient rien prévu. Preuve que l'économie n'est pas une sciences!

DH: Vous comprenez cette aide de l'Etat?

CJ: Ce qui m'étonne le plus, c'est que l'Etat aide les banques jusqu'à y avoir une participation majoritaire, mais sans y revendiquer le droit de vote. Avec son aide de deux milliards d'euros à la KBC, le gouvernement flamand vient encore de le démontrer.

DH: Aider les banques, c'est aussi aider l'emploi: vous êtes d'accord?

CJ: Il est vrai que ce point de vue doit être pris en compte. En quelque sorte, il y a une logique…

DH: On ne pourrait donc imaginer que l'Etat n'agisse pas…

CJ: Je le répète, si l'Etat aide les banques, il doit bien trouver de l'argent quelque part…

DH: Vous plaidez donc pour que l'Etat prenne la direction des banques?

CJ: En France, de Gaulle l'a fait autrefois, tandis que plus récemment, Jospin a fait le contraire. C'est un clin d'œil de l'histoire… 

DH: Selon vous, pourquoi l'Etat ne prend-il pas la tête des banques?

CJ: Nous sommes dirigés par des coalitions: certains partis s'opposent à une participation directe de l'Etat. Ce que je dis est peut-être simpliste, mais les actionnaires devraient aller se rhabiller.

DH: Ne croyez-vous pas non plus que les gens ont du mal à voir tout cet argent qui part vers les banques, alors qu'eux-mêmes en manquent?

CJ: Sans doute! Même si, durant les fêtes, la population a autant dépensé que les autres années, on sent bien qu'elle a de gros soucis: d'une manière plus générale, les gens dépensent moins. Les grandes surfaces ne me démentiront pas… 

DH: Vous comprenez le désarroi des Belges?

CJ: Les gens ne comprennent plus. Mais ce qu'ils souhaitent avant tout, c'est de ne pas vivre une situation à l'islandaise. 

DH: Pour vous, il s'agit d'un désarroi plus général…

CJ: Les Belges ressentent une grande désaffection. En politique, ils ne comprennent pas trop que, quand "didier" dit quelque chose, "Elio" dit le contraire, et "Joëlle" vient aussi donner son point de vue.

DH: Comment définiriez-vous l'aide qu'apporte l'Etat aux banques?

CJ: C'est un peu le contribuable qui s'aide lui-même. 

DH: Est-ce viable, à long terme?

CJ: Non! Ou bien la conjoncture repart et les banques devront rembourser, ou bien il conviendra d'étatiser les banques, par des solutions autoritaires. On en reviendra aux bons vieux comptes-chèques…

DH: Une autre voie évoquée est le regroupement des banques: certains prétendent que cela conduirait à un clash social…

CJ: Tout dépend de la manière dont on envisage ce regroupement: d'un point de vue social, il s'agirait d'une mauvaise solution, alors que ce ne serait pas le cas d'un point de vue purement comptable.

 

18/01/2009

QUE DU BONHEUR (DH 18-01-09)

 

philippe sonnet - quedub 18-01-09.jpg

Philippe Sonnet: tenter de ne pas faire de vagues…

Mercredi, c'est à 16h09 que tombait le Belga annonçant que la Chambre du conseil de Charleroi renvoyait en correctionnelle l'échevin carolo, Philippe Sonnet (MR), pour fraude fiscale. Il ne fallait que quelques minutes pour que Didier Reynders, alors en commission des Finances de la Chambre, reçoive copie du communiqué. De fort méchante humeur, le ministre passait deux coups de fil aussi brefs que discrets – pas un de plus –, avant de demander de pouvoir s'absenter. Beaucoup sourirent, croyant alors à un rebondissement dans le dossier Fortis. Pas du tout! Lorsqu'il revint, Reynders avait retrouvé une meilleure mine, comme en témoigna le second communiqué qui tomba à 16h32 annonçant la démission de Sonnet. Là où, en pareils cas, le PS met du temps à réagir – la convocation de la cacochyme commission d'audit –, au MR, on préfère mener les affaires plus rondement. But de la manoeuvre: tenter d'éviter tout emballage médiatique. Cela, c'est pour la théorie: à propos de Sonnet, son parti craint plus qu'une affaire Ducarme-bis, l'ex-échevin ayant déjà dû, on le sait, démissionner d'office de la Cour des comptes où il était contrôleur adjoint.

 

jean-denis lejeune - quedub 18-01-09.jpgAffaire Jean-Denis Lejeune: Dehaene l'avait pressenti…

C'est le 21 octobre 1996 que Jean-Luc Dehaene, alors Premier ministre, avait reçu les familles des enfants disparus (les Russo, Lejeune, Marchal…), dans sa résidence du Lambermont. Quelques semaines plus tard, lors de son annuel repas avec les représentants de la presse, Dehaene leur avait commenté sa rencontre. Avec ce sens de la formule qui n'appartient qu'à lui, il avait ainsi expliqué en substance: "Après l'avoir bien observé, je peux vous dire avec certitude que Jean-Denis Lejeune cherche avant tout un job." Sans doute, mais le père de Julie ne s'attendait sûrement qu'un jour, son "job" le ramène à ce point sur le devant de la scène…

 

pierre galand - quedub 18-01-09.gifPierre Galand: une stratégie qui CAL!

Lorsque nous avions révélé ici que Pierre Galand, sénateur PS à l'époque, remplacerait Philippe Grollet à la tête du Centre d'Action Laïque (CAL), la nouvelle n'avait pas plu à tout le monde. Depuis 1986 en effet, Galand préside l'association belgo-palestinienne. S'il a bien démissionné du Sénat en entrant au CAL, il n'a jamais quitté le second poste. C'est ainsi que, dimanche dernier, il participait à la manifestation contre le massacre de Gaza. A lire le nombre de commentaires sur les sites de discussion, cette présence ne plaît guère. Etrange en effet, pour certains de ses amis, de voir le président du CAL défiler à côté de manifestants qui scandant "Allah Akbar!" Plus étrange encore, pour certains juifs du Centre d'Action laïque, d'accepter que le même prenne aussi clairement fait et cause pour les Palestiniens. Malgré certaines précautions oratoires – "Nous ne sommes pas antisémites" -, Galand a bien du mal à calmer le malaise qui couve parmi les siens …

 

Le FDF: entre deux chaises!

"Si le CD&V veut instituer une commission d'enquête parlementaire pour tenter de "blanchir" les actes ou manquements du cabinet de l'ancien Premier ministre, il s'engage dans une voie sans issue. Il serait inconvenant de chercher à instrumentaliser le Parlement pour qu'il devienne l'arbitre entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. (…) Le président de la Chambre des Représentants a incontestablement joué un rôle dans la chute du gouvernement Leterme. (…) En fait le sphinx de Rdode-St-Genèse s'était préparé depuis belle lurette à exercer cette fonction (de Premier ministre). Son prétendu sens du devoir austère est une de ses habiletés à ne pas s'exposer davantage."

De qui sont ces lignes? De Jean-Marc Nollet? D'un hebdo satirique? D'Alain Destexhe? Non, elles sont extraites du dernier édito de "Perspectives francophones" et sont signées "La rédaction", le rédac chef de "Perspectives" et le porte-parole du parti amarante ne faisant qu'un: Guy Debisschop. Pour mémoire, le FDF est une chapelle du MR, lequel appartient à la majorité.

jean demannez - quedub 18-01-09.jpgLa phrase de la semaine

La semaine dernière, Trends-Tendances pointait Jean Demannez (PS) comme étant un très mauvais élève au sein du Parlement bruxellois: selon l'hebdomadaire, le bourgmestre de Saint-Josse n'avait guère pris d'initiatives en tant que député, depuis 2004.

Réponse de Demannez: "Vous conviendrez avec moi qu'il m'était impossible de le faire dans un Parlement où je ne siège plus depuis plus de 7 ans!"