Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/01/2009

Dr Catherine Moureaux

portrait CM.jpg
Jeudi sur Bel RTL, Philippe Moureaux était l'invité du "Grand jury". Il y a a évoqué les dossiers les plus sensibles du moment: les 20 ans de la
Région de Bruxelles-Capitale, le conflit israelo-palestinen… A propos de ce dernier et de ses éventuelles répercussions chez nous, le président de la fédération bruxelloise du PS a cité, à deux reprises, les observations de sa fille, Catherine, médecin "de terrain". Nous l'avons interrogée.

La Dernière Heure: Quel type de médecin êtes-vous?

Catherine Moureaux: Je travaille dans une maison médicale au forfait, à Ixelles. Nous prenons intégralement en charge les patients qui sont en règle de cotisation et sommes directement payés par les Mutuelles.

DH: Quel type de patientèle avez-vous?

CM: Je m'occupe surtout de patients jeunes, défavorisés, ayant des problèmes psychologiques. Je fais cela depuis 5 ans.

DH: Lors de conversations avec votre père, vous lui avez dit que le conflit israelo-palestinien va vous donner "du travail pour 20 ans"?

CM: Nous avons effectivement parlé de ce qui se passait actuellement à Gaza. Il est clair que les images vues en direct par les gens ont un terrible impact sur ceux qui sont déjà fragilisés.

DH: En quoi?

CM: Le fait que les images soient diffusées en direct rend beaucoup plus perceptible le caractère horrible de la guerre. Ce n'est plus comme ce que l'on peut voir dans un film. J'ajoute que cette constatation s'applique tout autant à la communauté juive.

DH: Quel est l'effet le plus perceptible de cette médiatisation en direct du conflit?

CM: L'impuissance! Ceux qui voient ces images en direct ne peuvent pas réagir. Les plus fragiles d'entre eux sont incapables de prendre de la distance par rapport à ce qu'ils voient.

DH: En découle une pathologie propre?

CM: Oui, il s'agit du syndrome de stress post-traumatique. Les terribles événements auxquels on assiste sans pouvoir rien faire conduisent à des troubles du sommeil, par exemple. Mais ils touchent aussi jusqu'aux relations sociales…

DH: Constatez-vous un accroissement des consultations?

CM: Non! Pour qu'il y ait une surconsultation, il faudrait que nous recevions des patients qui ne viennent pas habituellement. Ce n'est pas le cas pour le moment. Nous verrons tout d'abord des gens chez chez lesquels une saumatisation a eu lieu, c'est ceux dont le corps a exprimé le stress psychique.

DH: A propos de fracture sociale, le fait que le nombre des tués palestiniens soit le plus important peut-il avoir un impact chez nous?

CM: Cela peut effectivement accentuer l'idée qu'une population comme celle-là se différencie. Le phénomène rejoint d'autres faits avérés comme la discrimination à l'embauche…

 

Je fais déjà de la politique active

Fille de la secrétaire d'Etat bruxelloise, Françoise Dupuis, et du bourgmestre de Molenbeek, le docteur Catherine Moureaux est née en 1978. Plus âgée, sa sœur Isabelle est elle aussi médecin. 

DH: Vous faites de la politique active?

CM: Je n'exerce aucun mandat, mais ai été candidate sur la liste du PS, emmenée par Laurette Onkelinx, lors des communales de 2006 à Schaerbeek?

DH: Vous vous présenterez encore?

CM: C'est fort possible! On verra…

DH: Faites-vous de la politique active?

CM: Bien sûr, puisque j'ai adhéré au PS et que je me suis présentée aux communales de 2006.

DH: Vous allez suivre la voie de vos parents?

CM: Je vous l'ai dit: on verra…

 

Commentaires

je n`ai pas trop confiance

Écrit par : emule | 16/01/2009

VIVE LES COMMENTAIRES ANONYMES: C'EST FOU CE QU'ILS FONT AVANCER LE SCHMILBLICK!!!

Écrit par : agilain | 17/01/2009

Bonjour, merci d'avoir retranscrit cet interview qui nous en dit plus sur le Dr Catherine Moureaux.

Écrit par : 3ds nintendo meilleur prix | 07/04/2011

Merci pour l'interview. C'etait très curieux de le lire.

Écrit par : software development companies | 17/09/2011

Les commentaires sont fermés.