Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/12/2008

Georges Ugeux: Sur papier, l'Etat a perdu 3,5 milliards d'euros

 

ugeux - DH 21-12-08.jpg

La Dernière Heure: Vous analysez la situation actuelle sur un blog?

Georges Ugeux: Le journal Le Monde, et plus particulièrement son site www.lemonde.fr m'a demandé de tenir un blog sur lequel j'expliquerais les grands mécanismes financiers ainsi que la gouvernance d'entreprise. Avec ce blog, je tente donc de parler de problèmes qui intéressent tout le monde et d'expliquer vers quoi on va.

DH: Pourquoi traitez-vous, ce samedi sur votre blog, du cas Fortis?

GU: Parce qu'on en est arrivé à ce que la gouvernance d'entreprise menace un gouvernement. Je ne vous apprends rien, je suppose…

DH: Quel est aujourd'hui le vrai débat?

GU: Il en existe un sur les employés et la banque, mais là n’est pas le véritable débat. La société Fortis est la société holding cotée sur NYSE Euronext. La Banque Fortis, elle, a été cédée par Fortis à l’Etat Belge, qui l’a vendue à 75% à BNP Paribas. Il est évident que l’avenir de la banque doit être préservé. Aujourd’hui, ce sort est entre les mains de l’Etat Belge qui, si la transaction d'achat par BNP ne se réalise pas, sera actionnaire à 100% de la banque. Cela la protège contre tout risque de faillite.

DH: Et ensuite?

GU: Le Gouvernement belge a cédé 75% de Fortis Banque à BNP Paribas contre 11% du capital de BNP Paribas, faisant de l’Etat Belge de loin le plus gros actionnaire de BNP Paribas. Seulement le problème est que ces actions ont été valorisées, il y a un mois, à raison de 68 € par action. En d'autres mots, en plus de ce que l'on sait déjà concernant la transaction, l'action BNP Paribas est fort secouée. Le cours de bourse aujourd'hui est plus de 50% plus bas que la valorisation prise en compte, lors de la transaction. Ainsi, hier vendredi, l’action BNP Paribas a clôturé à 30.37 €.

DH: Qu'en concluez-vous?

GU: Sur papier – j'insiste! – l’Etat belge a déjà perdu près de 50% sur les 9.4 milliards qu'il a payés, soit près 3,5 milliards d'euros.

DH: Sur papier: c'est-à-dire?

GU: Si le gouvernement vendait aujourd'hui les actions BNP Paribas, il perdrait  plus de 3,5 milliards d'euros.

DH: Allez-vous jusqu'à dire que l'Etat doit renégocier?

GU: Je n'ai pas de conseils à donner au gouvernement.

DH: BNP Paris a donc bien négocié?

GU: Ce n'est pas moi qui le dis.

DH: La situation est très complexe…

GU: En effet! Mais je ne fais pas une analyse des conditions de la transaction. Et, a fortiori, je ne critique pas BNP Paribas. Le fait est que les conditions de cette vente doivent encore être approuvées par les actionnaires et que cette vente a été l’objet des procédures judiciaires: elles ont poussé le Gouvernement Belge à la démission. Je ne vous apprendrai pas grand chose non plus en disant que, pour le moment, le Roi consulte…

DH: Vous exprimez tout cela, mais vous refusez pourtant de dire ce qui serait bon de faire pour le gouvernement, et ce qui ne le serait pas?

GU: Je le répète, l'objectif de mon blog est d'expliquer les mécanismes financiers. Pas de faire de la politique.

Les commentaires sont fermés.