Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/11/2008

Saga Verbruggen: la Chambre du Conseil renvoie "les mauvais" devant le tribunal correctionnel

luc verbruggen - DH 14-11-08.jpgDepuis des âges, la famille Verbruggen est secouée par des querelles financières qui feraient passer les Ewing du feuilleton Dallas pour de tendres enfants de chœur. En effet, après de sordides conflits entre la plus ancienne génération – avec, face à face, feu le notaire Robert Verbruggen et ses trois frères, dont l'ancien bâtonnier, Emile Verbruggen – leurs successeurs ont été pris des mêmes syndromes belliqueux. L'on trouve, d'une part Luc et Jack, et d'autre part, leurs frères et sœurs, Christiane, Chantal, Monique, Marc et Liliane. Des coups pas toujours très jolis s'y échangent et tous ont pour origine la succession du notaire Robert Verbruggen. Enjeu, des centaines de millions d'euros, détournés, selon Luc et Jack Verbruggen, avec l'aide de leur mère qui aurait fait une donation à la partie adverse, de manière à priver Luc et Jack de leur part réservataire.

Jusqu'à présent, seuls les avocats y gagnaient, l'affaire n'avançant pas vraiment, si l'on l'excepte l'agitation frénétique de Luc Verbruggen, dont la presse a déjà parlé. En effet, celui-ci bombarde à ce point les autorités judiciaires avec d'interminables courriers qu'au Palais de Justice, on va un jour songer à leur réserver un local ad hoc. Et nous oublions volontairement les dizaines de lettres que le même a envoyées à ses  frérots et soeurettes mal aimées, et à leurs avocats. Sans parler des philippiques cinglantes qui ont atterri dans la boîte aux lettres du bâtonnier Emile Verbruggen, oncle de la fratrie. A son propos, nous avons plusieurs fois tenté de le contacter. En vain.

Or voilà que mercredi 5 novembre, une bombe explosait: dans un arrêt aussi sec que bref, la Chambre du conseil renvoyait les 5 frères et sœurs de Luc et Jack devant le tribunal correctionnel pour faux, usage de faux, abus de confiance et escroquerie. Pas moins! Inutile de préciser qu'après toutes les années que Luc Verbruggen réclamait sa part d'héritage – pour rappel, ce dernier représente plusieurs centaines de millions d'euros –, il a appris la nouvelle avec une joie qu'il avait du mal à dissimuler. L'homme ne compte cependant pas s'arrêter là: fort de ce premier succès, notre Don Quichotte annonce qu'il va désormais s'attaquer à ceux qui, selon lui, auraient favorisé le détournement de ce qui lui revient. Dans son viseur, un nombre incalculable de magistrats, et non des moindres, mais aussi des notaires et des avocats. Loin de s'enliser dans la gadoue, cette peu reluisante affaire qui secoue la digne famille Verburggen pourrait dès lors connaître des retournements que peu appréhendaient.

 

 

 

Commentaires

Je vie la même horreur au quotidien depuis 2001 avec 3 soeurs qui ont voler le contenu des coffres de mes parents et qui font comme si je n'existait plus. Elles sont toutes les trois a l'étranger avec plus de 25 millions. L'histoire de Luc m'encourage. Quel courage! C'est pas que l'argent, c'est aussi la trahison et l'abandon qui est douloureux...

Écrit par : Danielle | 27/10/2010

Je suis révoltée par ces gens malades de l'argent; sans travail, séparée depuis 2006 avec deux enfants en garde alternée, aidée par le cpas de Lasne car mon époux après avoir choisi une autre vie avec une "artiste" plus jeune de 12 ans sans enfants, après avoir nié et dit que je fantasmais, refuse de m'aider financièrement et moralement, a monté mon fils contre moi pendant quelques temps, a mis la main sur les actions de notre société commune (180 employés) "pour mésentente irréversible" par vente forcée, a fait péricliter la société, s'est réorganisé au Luxembourg et pratique la lenteur à présent dans ce dossier commercial. J'ai gagné en appel le droit de défendre ma demande de divorce de 2007 sur base de l'ancienne loi qu'il a essayé d'anéantir. Je suis en procès avec mes ex avocats d'affaire et social qui se sont associés pour me réclamer plus de 60000euros. Y a t'il une justice? Anne

Écrit par : Anne Zylbersztajn | 27/10/2010

Les commentaires sont fermés.