Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/11/2008

QUE DU BONHEUR 02-11-08

wathelet - quedub 02-11-08.jpgWathelet: "Didier a travaillé comme un chef"

Si vous nous promettez de ne pas répéter ce qui suit à la présidente du cdH, nous acceptons de vous le raconter. Au plus fort de la crise financière, plusieurs fois en petit comité, le secrétaire d'Etat au Budget, Melchior Wathelet, a vanté le travail de Didier Reynders. "Il a fait cela comme un chef", tels furent les paroles précises du Verviétois pour louer l'activité du ministre des Finances. Connaissant la sympathie toute particulière que voue Joëlle Milquet à ce dernier, et réciproquement, vous aurez compris pourquoi la discrétion s'impose…

 

Robert Wangermée, 89 printemps et…

Administrateur général de l'INR, puis de la RTB(F), de 1960 à 1984, Robert Wangermée avait inauguré une tradition: démissionner avant la fin de son mandat afin d'assurer la place à un autre socialiste. 25 ans plus tard, celui qui a toujours été surnommé "Wang" tente le même coup: tout doucettement poussé de son siège de président du Conseil de la Musique, il tente d'y imposer Pierre Bartholomé. Pas de chance pour celui qui est aussi président d'Ars Musica, et vice-président de l'Orchestre royal de Chambre de Wallonie et de l'Orchestre philharmonique de Liège. Tout cela, en étant entré dans sa 89ème année!

conseil de la musique - quedub 02-11-08.jpgA ces quatre fromages, notre jouvenceau ajoute une autre qualité: il pond des ouvrages de musicologie, à tour de bras. Parmi les plus rock and roll: "François-Joseph Fétis. Contribution à l'étude du goût musical au XIXe siècle" ou "André Souris et le complexe d'Orphée. Entre surréalisme et musique sérielle." (ci-contre) S'ils ne figurent pas tous dans le top 10 des ventes en librairie, les ouvrages de Wangermée ne sont pas édités à compte d'auteur: dans son budget annuel, le Conseil de la musique prévoit un poste de 25.000 euros annuels pour les chefs d'œuvre de son président-écrivain. Plus une sympathique aide logistique: deux bureaux à la RTBF, dont l'un est occupé par une collaboratrice. Sans compter quelques journaux, un ordinateur et tout le matériel ad hoc.

 

WANGERMEE - quedub 02-11-08.gif… 60 ans au service de la musique et de lui-même!

L'âge n'a en rien affecté l'esprit de décision du juvénile ubiquiste: il a ainsi décidé que la prochaine édition des Fêtes de la musique ne se fera plus avec RTL, mais avec sa chère, très chère RTBF. Autre revirement du président du Conseil de la Musique: en 2009, ce dernier ne patronnera plus les "Octaves de la musique", ces "Victoires" à la belge, jugées trop populaires par notre esthète.

Nulle inquiétude toutefois, ces décisions devraient être les dernières de Wangermée: en effet, une commission se met sur pied, au sein du Conseil de la musique, qui devrait lui désigner un successeur. Lorsqu'elle fera son choix, notre jeune ami aura sans doute atteint les 90 ans: de quoi justifier une bonne fois pour toutes son très maoïste surnom de "Wang"…

 

Bigot empêché de gazouiller dans l'oreillette de Fabienne VDM

Un revenant avait fait le chemin de Paris pour assister à l'émission de Fabienne Vander Meersche: Yves Bigot, ex-directeur des programmes de la RTBF et nouveau directeur général au sein de la société de production Endémol qui produit entre autres la Star-Academy. Si Bigot avait toujours ses repères, il faut croire que l'équipe n'a pas apprécié ce retour, autant que la journaliste. Ainsi, lorsque le Français imagina de susurrer quelques mots doux dans le micro de la régie, cette dernière lui refusa ce plaisir. "Pas question de parler dans l'oreillette de Fabienne!", lui intima-t-on. Nul doute que Bigot reviendra dans six mois et qu'il remettra le couvert: en été, la belle Fabienne ne comptera-t-elle pas 50 printemps?                              

pepperland - quedub 02-11-08.jpgTania, précurseur de la BD

Chez nous, la presse n'a pas encore répercuté l'information et pourtant, en France, les sites de Libération, du Point et du Nouvel Observateur l'ont fait: la semaine dernière, disparaissait Tania Vandesande. Dans les années 70, elle ouvrit le premier magasin de BD, en francophonie: Pepperland, rue de Namur. Une boutique où se déroulèrent de mémorables fêtes avec les Pratt, Tardi, Forest, Gotlib, Comès, Sokal et tant d'autres. Nombreux étaient les dessinateurs qui arrivaient chez Tania, une planche originale sous le bras. Pepperland en était devenu un des plus beaux musées qui soit. Et une petite maison d'édition (cfr ci-contre). Amies des plus grands, Tania s'en est allée discrètement. Mardi, elle s'envole pour les nuages...   

La phrase de la semaine

"Parfois, quand je suis interpellé par l'opposition, je ressens une pointe finement raciste (…) J'ai eu des prédécesseurs qui n'avaient aucune référence culturelle." (La ministre de l'Audiovisuel et de la Culture de la Communauté française, Fadila Laanan, l'autre samedi sur Be TV)

Correctif

La semaine dernière, nous relevions les attaques d'un autre âge subies par Pascal Vrébos, de la part de la concurrence dominicale. Qui reprochait à l'ertéellien de n'être pas un journaliste estampillé. Sacha Daout nous a demandé de préciser qu'il n'était pas l'auteur de ces assauts peu confraternels, leur véritable auteur étant en fait son collègue de Mise au Point, Olivier Maroy. Dont acte. 

 

Les commentaires sont fermés.