Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/10/2008

SERGE WIBAUT, PROFESSEUR UCL

serge wibaut - DH 26-10-08.jpgSerge Wibaut, professeur invité aux Facultés universitaires Saint-Louis à à l'UCL

 

A suivre certains analystes, la crise financière s'éloignerait, tandis que s'annonce une récession économique. Nous avons demandé à l'économiste Serge Wibaut de revenir sur les causes de la première, mais aussi de tenter de prévoir la suite des événements.

 

La Dernière Heure: La crise financière, personne ne l'a vu venir?

Serge Wibaut: Après coup, on peut pointer certains signes avant-coureurs, comme la fragilité du secteur bancaire, en Europe et aux Etats Unis: avec le faible niveau des taux d'intérêt, les banques ont pris plus de risques pour augmenter leurs rendements. Autre élément, la crise des subprimes et le fait que l'Etat a encouragé l'octroi de crédits à des familles pauvres et cela, depuis la fin des années 90.

 

DH: Aucun économiste n'avait annoncé ce qu'on a vécu…

SW: Attention d'abord, parce qu'il est toujours aisé d'expliquer les choses "ex post"… Quant aux banques, elles ont été aveuglées par des modèles mathématiques affirmant que les risques étaient gérés: on y a cru, en laissant de côté le bon sens. Comme autres éléments précis, je pointerais l'absence de toute régulation auprès de certains spéculateurs. Ce ne sont pas des bandits – il y a même parmi eux des Prix Nobel – mais ils déplacent des milliers de milliards de dollars en prenant des paris sur les marchés, en accélérant les mouvements.

 

DH: Le monde financier tout entier n'y a donc vu que du feu?

SW: Non! Certaines grosses banques ont commencé à faire des provisions, il y a deux ans. Je réalise actuellement un travail sur le sujet: des analystes avaient effectivement prédit la crise et des banquiers avaient pris peur. Ne traitons pas aujourd'hui de "dépressifs permanents" ceux qui avaient vu juste…

 

DH: Et demain?

SW: Rappelons-nous d'abord que cela faisait des années que l'économie ralentissait. La crise financière a tout accéléré… Nous sortons de la zone d'incertitude, mais la suite va voir des faillites, parmi les sociétés commerciales et les entreprises les moins solides. Pendant plusieurs années, cela ne va pas être rose…

 

DH: Les banques continuent de tomber comme des mouches…

SW: Il y a certes un effet domino, mais avec les mesures prises par les gouvernements, la crise de méfiance va s’arrêter. Ce sera sûrement le cas le jour où on pourra chiffrer les pertes: on parle de 800 milliards, tandis que le FMI annonce 1.500 milliards.

 

DH: Justement, le FMI n'a-t-il pas failli à sa tâche?

SW: Depuis une dizaine d'années, il a été moins présent, c'est vrai. Mais il va recommencer à jouer son rôle. Des pays comme l'Islande, la Corée du Sud, l'Ukraine, la Hongrie vont solliciter des avances auprès de lui.

 

DH: En Belgique, certains évoquent une fusion de la Commission bancaire et de la Banque Nationale…

SW: La première dépend déjà de la seconde: plusieurs administrateurs de la Commission siègent à la Banque Nationale. C'est une bonne chose dans le cadre d'un échange d'informations. Mais ne jugeons pas à chaud.

 

DH: Certains petits actionnaires se rebellent…

SW: Je comprends leur mauvaise humeur, mais n'oublions pas non plus que le gouvernement a dû agir dans l'urgence, sans cela, Fortis n'existerait même plus. Lors du premier week-end de la crise, il était impossible d'organiser une AG de Fortis. Reste que si certaines formes n'ont pas été respectées, la Justice va devoir trancher…

 

Commentaires

Excellent post ! Nous sommes une liaison à cet excellent article sur notre site Web. Suivre la bonne écriture.

Écrit par : achat maxosize en france | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.